mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Technologie > Lancement réussi de la fusée japonaise H-2A

Lancement réussi de la fusée japonaise H-2A

AFP

samedi 26 février 2005, sélectionné par Spyworld

logo

TOKYO (AFP) - Le Japon a lancé avec succès samedi sa fusée H-2A, a indiqué le centre spatial nippon, faisant ainsi oublier un échec retentissant survenu il y a quinze mois. La fusée H-2A a décollé du centre spatial de Tanegashima dans la préfecture méridionale de Kagoshima à 18H25 (09H25 GMT), après un nouveau report d’un peu plus d’une heure en raison de problèmes de communication avec le centre de contrôle. Le lancement avait déjà été repoussé jeudi en raison du "mauvais temps".

La fusée H-2A a emporté avec elle un satellite multifonctionnel météo et de guidage aérien.

Il s’agit du septième lancement spatial japonais mais ce tir était perçu comme crucial pour le programme nippon, après le revers humiliant essuyé en novembre 2003 quand la destruction en vol d’une fusée avait dû être ordonnée.

L’ancien directeur de l’Agence d’exploration aérospatiale japonaise, Hideo Nagasu, avait admis, avant le lancement, que ce tir pouvait "décider du destin du programme de développement spatial du Japon".

L’échec du lancement de novembre 2003, dû à un problème avec un des propulseurs, avait été d’autant plus cuisant pour le Japon, que quelques semaines auparavant, la Chine avait réussi son premier vol spatial habité, devenant le troisième pays du monde a réaliser cet exploit, 42 ans après l’URSS et les Etats-Unis.

Le nouveau modèle H-2A avait été lancé en 2001. Depuis lors, le Japon a consacré 120 milliards de yens (866 millions d’euros au cours actuel) à ce programme.

Le succès du tir de samedi intervient à un moment décisif dans la lutte que livre le Japon, à la Chine notamment, pour s’approprier le contrôle du juteux marché marché des lancements de satellites.

"Nous pensons que nous pouvons pénétrer le marché des lancements commerciaux de satellites (...) pour des entités japonaises ou étrangères", a déclaré Masato Nakamura, porte-parole de l’agence spatiale nippone.

"De nombreux pays, tels que l’Europe, la Russie et les Etats-Unis, ont également échoué de nombreuses fois au fur et à mesure qu’ils gagnaient en expérience. Nous estimons que nous sommes plus avancés dorénavant que de nombreux autres pays", a-t-il assuré.

L’accident de 2003 n’était pas le seul du programme nippon. En novembre 1999, une fusée H-2 avait également dû être détruite en vol après avoir dévié de sa trajectoire et, en février 1998, un satellite d’une valeur de 36 millions de dollars avait été perdu dans l’espace.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :