samedi 16 décembre 2017

Accueil du site > Technologie > Israël Blindés - Israël utilise des blindés bourrés d’électronique. (...)

Israël Blindés - Israël utilise des blindés bourrés d’électronique. Mais cela est-il suffisant ?

Daniel Rouach, IsraelValley

samedi 5 août 2006, sélectionné par Spynews

logo

Drôle de guerre du Liban où l’impression la plus forte est l’inutilité de la politique du « tout éléctronique ».

Les blindés israéliens sont bourrés d’éléctronique, mais à quoi cela peut-il servir si l’équipage est en train de dormir au moment où un groupe de guerrilleros encerclent le char en pleine nuit ?

La guerre actuelle du Liban est en train de remettre au coeur des combats les blindés qui doivent posséder tout un ensemble de qualités. Le « tout avion plus drône » est en train d’être sérieusement revu. La Tribune : “Israël pensait pouvoir s’appuyer sur sa flotte d’avions de chasse, d’hélicoptères de combat et de drones sans pilote pour faire échec à toute attaque.

Les enthousiastes de la puissance aérienne vont devoir lécher leurs blessures et à coup sûr réviser leurs arguments. Je suis certaine que l’on pourra observer beaucoup plus d’humilité”. Le temps des blindés semble être venu.

Un char moderne comme celui utilisé au Liban Sud doit avoir la possibilité de combattre aussi bien des cibles terrestres qu’aériennes. De l’avis des spécialistes “l’armement et les systèmes de direction du feu des prototypes de blindés doivent garantir la détection, l’identification et la destruction de cibles dont la portée ne permet pas à l’adversaire de mener un feu de riposte ni de destruction”.

“Le système de commande de feu doit être conjugué à un système numérique de reconnaissance à l’échelon tactique. Son équipement électronique doit garantir à l’équipage l’obtention d’informations de sources extérieures en temps réel.

En outre, un char de combat doit être protégé contre l’action du rayonnement électromagnétique et des armes de destruction massive”.

Le nombre de pays producteurs de blindés a notablement augmenté, provoquant un net regain de concurrence sur le marché mondial, ont estimé les représentants de l’armée russe repris par l’agence RIA Novosti. En Israël, le programme de Tank Merkava occupe 5000 ouvriers directement et 5000 indirectement ; 220 entreprises sont concernées par ce programme et bien que le char ne soit pas importé les systèmes de celui-ci ont rapportés 200 millions de $. Pour 2007 le nombres d’ouvriers va augmenter de 2000 et les profits des exportation vont avoisiner les 400 millions de $

Selon l’agence, « si avant la fin des années 1980 il y avait dans le monde six principaux pays constructeurs (URSS, Etats-Unis, Allemagne, France, Grande-Bretagne, Italie) la production de blindés a été lancée ces vingt-cinq dernières années en Chine, Israël, Inde, Pakistan et Corée du Sud.

L’Iran, la Turquie et la Roumanie abordent également leur propre production de chars, ont-ils rappelé. Un nombre accru de pays producteurs provoque un regain de concurrence sur le marché mondial des blindés. Et le fait que les nouveaux modèles de chars doivent posséder des performances à la hauteur des nouvelles exigences envers les opérations ne fait qu’encourager cette compétition ».

La probabilité de destruction d’une cible blindée à une portée de 5.000 m au maximum doit être proche des 100%. Les prototypes de blindés d’avenir doivent avoir la possibilité de mener un combat de manoeuvre, sur un terrain accidenté, à une vitesse ininterrompue de 50 km/h au moins.

La puissance unitaire du motopropulseur d’un char moderne doit s’élever à 30 CV au moins par tonne de poids. Des prototypes de chars répondant à ces exigences sont actuellement étudiés en Russie, ont notamment annoncé les représentants de la Direction principale des blindés des Forces armées russes. L’un des chars considéré comme le plus performant au monde est israélien.

C’est le char Merkava israélien qui est actuellement en pleine activité au Sud Liban

Durant la Guerre du Kippour en 1973, les blindés israéliens subirent d’importantes pertes à cause des missiles filo-guidés syriens et égyptiens.

Pour Israël dont l’essentiel des forces armées est constitué de réservistes, il n’était pas concevable à l’avenir de continuer à perdre des vies humaines ainsi.

C’est pourquoi on adopta pour le Merkava un concept de base simple : assurer la survivance de l’équipage en permettant au char de résister à un tir direct afin qu’il puisse, si possible, reprendre par la suite le combat.

La conception du Merkava, dirigée par le Major General Tal, fut guidée à la fois par l’utilisation du meilleur de la technologie de l’époque et par les enseignements des guerres qu’avait livrées Israël.

La première chose qui saute aux yeux en regardant ce char est sa tourelle placée en position arrière. Cela est dû à son moteur avant (comme celui de la plupart des voitures) qui permet d’offrir une protection supplémentaire frontale.

Le blindage est espacé, afin de provoquer une détonation prématurée des charges creuses. L’intérieur est agencé de manière à ce que les équipements forment une protection supplémentaire entre le blindage et l’équipage.

Un système anti-incendie et l’utilisation de matériaux ininflammables améliore la résistance au feu.

Grâce à son espace dégagé derrière la tourelle, le Merkava peut remplir des missions inhabituelles pour un char de bataille comme transporter un groupe de soldats, servir de poste de commandement avancé, évacuer l’équipage d’un blindé hors de combat ou des blessés. Une porte basculante à l’arrière permet un accès facile à cet espace et l’évacuation éventuelle de l’équipage à l’abri des tirs venant de l’avant. Enfin, son profil bas et sa tourelle élancée en font une cible difficile à atteindre.

Source - Wikipedia pour le Merkava


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :