mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Complot déjoué : auteurs présumés, cibles, mode opératoire, (...)

Complot déjoué : auteurs présumés, cibles, mode opératoire, enquête

20minutes.fr

lundi 14 août 2006, sélectionné par Spynews

logo

Voici les principaux éléments sur le complot terroriste déjoué contre des avions de ligne reliant la Grande-Bretagne aux Etats-Unis, qui place depuis jeudi le Royaume-Uni en état d’alerte maximale.

AUTEURS PRESUMES

- 24 suspects ont été arrêtés dans la nuit de mercredi à jeudi, à Londres, High Wycombe (ouest de Londres) et à Birmingham (centre de l’Angleterre). Ils sont Britanniques, originaires d’Asie du sud et principalement du Pakistan, âgés de 17 à 35 ans. Deux de ces hommes avaient abandonné leurs prénoms occidentaux après leur récente conversion à l’islam. La Banque d’Angleterre a gelé les comptes de 19 d’entre eux, soit : Ahmed Abdula Ali, Cossor Ali, Khuram Shazad Ali, Nabeel Hussain, Tanvir Hussain, Umair Hussain, Umar Islam, Wassem Kayani, Abdullah Assan Khan, Arafat Waheed Khan, Adam Osman Khatib, Muneem Abdul Patel, Tayib Rauf, Usman Muhammed Saddique, Assad Sarwar, Ibrahim Savant, Asmin Amin Tariq, Mohammed Shamin Uddin, Waheed Zaman.

- Cinq autres suspects sont "recherchés activement", a affirmé la chaîne de télévision ABC News, citant des sources américaines. Parmi eux figure Matiur Rehman, 29 ans, chef présumé d’Al-Qaïda au Pakistan, présenté par la chaîne comme le cerveau du projet. Scotland Yard n’a pas confirmé cette information.

- Sept suspects ont été interpellés la semaine dernière au Pakistan, dont deux Britanniques à Karachi (sud) et Lahore (est). Les cinq autres sont des activistes pakistanais liés à la mouvance islamiste locale, selon un responsable du gouvernement pakistanais.

- Seul le réseau Al-Qaïda d’Oussama Ben Laden dispose de l’ambition et des moyens de mener un projet aussi spectaculaire, affirment plusieurs experts.

CIBLES

Les plans prévoyaient de multiples explosions dans six à dix-sept avions de ligne reliant la Grande-Bretagne aux Etats-Unis, en une ou deux vagues, selon la presse britannique. Selon ABC, les terroristes avaient prévu de faire exploser trois avions toutes les heures durant trois heures. Les compagnies aériennes visées étaient United Airlines, American Airlines et Continental Airlines entre Londres et New York, Washington, Los Angeles, Boston et Chicago, selon un responsable des services de renseignement américain. Les autorités britanniques et américaines ont évoqué des milliers de victimes potentielles, et le Times rappelle que le Boeing 777, appareil le plus fréquemment utilisé pour les vols transatlantiques, transporte jusqu’à 385 passagers et 12 membres d’équipage.

EXPLOSIFS

Deux possibilités sont évoquées :

- De la nitroglycérine cachée dans une bouteille de shampoing ou de gel capillaire. Le détonateur peut être actionné par une mèche lente allumée avec un briquet, ou par un choc électrique provoqué par une petite pile, dissimulée dans un téléphone portable ou un lecteur MP3.

- Au moins deux types de produits chimiques liquides, dissimulés dans des bouteilles de boissons énergétiques puis mélangés pendant le vol. Le flash d’un appareil photo jetable devait être utilisé pour actionner le détonateur, selon des experts de la lutte antiterroriste cités par ABC News. Ces liquides bon marché, disponibles dans le commerce et suffisamment courants pour ne pas éveiller la méfiance, pourraient notamment être du triacétone et du tripéroxyde, dont le mélange est connu sous le nom de TATP et surnommé "la mère de Satan", écrivent plusieurs titres britanniques.

IMMINENCE DE L’ATTAQUE

Le plan était dans la phase finale de ses préparatifs, a indiqué le secrétaire américain à la Sécurité intérieure Michael Chertoff, tandis qu’une source britannique évoquait des attentats "dans les deux jours". Selon l’Evening Standard, la police a trouvé jeudi au domicile de plusieurs suspects des billets réservés sur United Airlines pour le 16 août, soit mercredi prochain. Mais selon les responsables pakistanais cités par ABC, Matiur Rehman avait l’intention de commettre un attentat spectaculaire à l’occasion du cinquième anniversaire des attaques du 11-Septembre.

DEROULEMENT PREVU

- Par équipes de deux personnes, portant dans leurs bagages à main des composants séparés de la charge explosive, les suspects devaient partir d’aéroports secondaires comme Birmingham, Manchester ou Glasgow, avant de changer à Heathrow ou Gatwick, selon la presse britannique.

- Une fois à bord des avions visés, ils devaient mélanger les composants dans les toilettes, connecter le mélange à un mécanisme de détonation, et faire sauter le tout au-dessus d’une grande ville britannique ou américaine. Un simple trou dans le fuselage suffit à dépressuriser un avion et à priver ses passagers d’oxygène, soulignent les experts.

ENQUETE

La "plus importante opération de surveillance anti-terroriste jamais menée en Grande-Bretagne", menée conjointement par des policiers infiltrés et des agents du MI5 (contre-espionnage), a démarré il y a plus d’un an, selon le Financial Times. Les enquêteurs suivaient un groupe d’une cinquantaine de suspects sur internet et dans leurs réunions. Ils surveillaient également les mouvements sur leurs comptes bancaires et attendaient de disposer de preuves irréfutables.

DECLENCHEMENT DE L’OPERATION POLICIERE

La décision d’intervenir a été prise mercredi soir, plus tôt que prévu, après les interpellations de la semaine dernière au Pakistan. Selon des sources gouvernementales britanniques citées par le Guardian, un message serait parvenu aux suspects après ces arrestations, leur enjoignant d’agir "maintenant". Le message aurait été intercepté et décodé par les services de renseignement britanniques ou américains ces trois derniers jours, poussant la police à agir pour éviter un "massacre d’une ampleur inimaginable", selon le chef de l’unité antiterroriste Peter Clarke.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :