lundi 11 décembre 2017

Accueil du site > Technologie > Alcatel consulte ses grands actionnaires avant l’AG sur (...)

Alcatel consulte ses grands actionnaires avant l’AG sur Lucent

Reuters

mercredi 23 août 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Alcatel entame ce mercredi à New York une série de rencontres avec ses principaux actionnaires afin de répondre à d’éventuelles réticences concernant son projet de fusion avec Lucent. L’équipementier français a indiqué à Reuters qu’il poursuivrait ses contacts jeudi à Boston, puis le 28 août à Paris et le 29 à Londres et Francfort.

Le rapprochement des équipementiers télécoms français et américain, qui doit permettre de créer un leader mondial avec un chiffre d’affaires de près de 20 milliards d’euros, sera soumis le 7 septembre au vote des actionnaires d’Alcatel.

Après l’avertissement lancé en juillet par Lucent sur ses résultats du troisième trimestre, plusieurs observateurs ont estimé que la parité de fusion donnant 40% du futur groupe à ses actionnaires était trop favorable à l’américain.

Mais rares sont ceux qui croient à un rejet possible par l’assemblée générale du 7 septembre, qui nécessiterait l’opposition d’un tiers des votants.

"Je serais très surpris que les actionnaires ne votent pas cette fusion - même si Alcatel surpaye incontestablement Lucent - tant la consolidation de cette industrie est nécessaire et la complémentarité entre les deux groupes forte", a déclaré Rémi Thomas, analyste chez CA Cheuvreux.

"Les 20 premiers actionnaires d’Alcatel détiennent 43% du capital, aucun n’est à court terme ou est un fonds spéculatif. Aucun de ces fonds ne devrait voter contre", écrit Alexander Peterc, analyste d’Exane BNP Paribas, dans une récente note.

"Parmi les institutionnels avec qui j’ai eu des contacts, aucun ne veut voter contre et, quand on voit l’évolution des marges d’Alcatel, j’ai du mal à penser que les petits actionnaires ne l’approuveront pas", a ajouté Rémi Thomas.

BRANDES ET FIDELITY MUETS

Au 30 juin dernier, les deux premiers actionnaires d’Alcatel étaient les gestionnaires de fonds américains Brandes et Fidelity avec respectivement 10,84% et 9,79% du capital (11,09% et 10,02% des droits de vote), selon la note d’information publiée par Alcatel sur l’augmentation de capital qui servira à rémunérer les titres Lucent.

Suivent Crédit Agricole Asset Management (3,79% du capital et 3,87% des droits de vote), la Caisse des dépôts et consignations (3,35% et 3,45%), Ecureuil Gestion (2,81% et 2,88%) et SG Asset Management (2,35% et 2,41%).

Contactés par Reuters, Brandes et Fidelity n’ont pas souhaiter préciser leurs positions.

"Si des fonds voulaient faire de l’arbitrage sur un rejet et qu’ils voulaient empêcher la fusion, il leur faudrait rassembler un tiers du capital - soit 4,5 milliards d’euros - en trois semaines, ce qui semble compliqué", a expliqué Rémi Thomas.

Pour Alexander Peterc, une telle initiative provoquerait immanquablement une hausse rapide de l’action Alcatel, qui pourrait porter à 8 milliards d’euros la somme nécessaire pour s’opposer à la fusion.

Depuis l’annonce du projet de rapprochement, les titres Alcatel et Lucent ont perdu chacun 26%, sous-performant un indice sectoriel européen DJ Stoxx des technologies en baisse de 12,3%.

En cas de rejet par les actionnaires et de présentation d’une offre de fusion concurrente, Alcatel devrait payer 250 millions de dollars à Lucent, a précisé le service juridique d’Alcatel. L’indemnité serait portée à 500 millions si le nouveau rapprochement était conclu dans les 12 mois suivant la résiliation de l’accord de fusion avec Lucent.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :