vendredi 20 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > Les RG sur la piste des écoles musulmanes clandestines

Les RG sur la piste des écoles musulmanes clandestines

C. G., le Figaro

mardi 29 août 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Les autorités s’inquiètent de l’opacité entourant ces structures, qui prônent souvent un islam fondamentaliste et recrutent dès le primaire.

L’ENVOLÉE des écoles musulmanes n’a pas eu lieu. Une dizaine d’établissements confessionels ont vu le jour ces dernières années et scolarisent quelque 600 élèves, surtout en primaire. La loi interdisant les signes religieux ostensibles à l’école n’aura finalement donné que davantage de visibilité à des projets en cours, comme celui de Décines, dans la banlieue lyonnaise (lire ci-dessus). Avant lui, le lycée privé Averroès avait ouvert ses portes à Lille en 2003.

En revanche, les structures clandestines se multiplient, ainsi que les cours de soutien aux enfants, au contenu parfois opaque. Certaines familles musulmanes extraient leurs enfants du système scolaire public « conduisant ainsi à une forme de communautarisme », peut-on lire dans une note des Renseignements généraux de fin 2005.

Les salafistes, qui prônent un islam fondamentaliste, calqué sur la vie du Prophète, cherchent à protéger « leurs enfants dès le plus jeune âge et les maintenir en dehors des perversions de la société mécréante » écrivent les RG qui surveillent avec difficulté les crèches et écoles sauvages montées par ces familles, souvent à domicile ou dans les locaux des mosquées.

Une mouvance fondamentaliste turque place ainsi ses enfants dans des « internats coraniques », dont l’un a été repéré près de Strasbourg. « Presque 50 000 enfants suivent des cours d’arabe ou de religion dans des structures dont nous ne savons pratiquement rien », explique-t-on au ministère de l’Intérieur.

Des moyens financiers limités

À l’inverse, les écoles musulmanes officielles semblent se plier au jeu de la transparence car toutes espèrent un jour travailler avec l’Éducation nationale pour assurer leur pérennité financière. « L’apparition de ces écoles privées musulmanes s’inscrit dans un mouvement de fond », estiment les Renseignements généraux. L’expérience de nos voisins européens est à ce titre instructive. Ainsi, après l’essor des premiers temps, le nombre d’élèves plafonne. Au Royaume-Uni comme au Pays-Bas, l’éducation à référence islamique, pourtant largement subventionnée, ne réunit que 5% des élèves musulmans, essentiellement dans le primaire.

En France, « l’avenir verra certainement la création de nouveaux établissements scolaires musulmans », estiment les auteurs de la note, mais la « demande n’est peut-être pas aussi importante que certaines instances le prétendent ». D’autant que les moyens financiers risquent de manquer. « À terme, les pouvoirs publics vont être confrontés à deux difficultés : celle du contrôle des contenus de l’enseignement dispensé et celle de la réponse à donner aux établissements qui demanderont à passer un contrat avec l’État. »


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :