jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Informatique > Sécurité Informatique > Attaque du département de la Défense : le pirate écope de 3 ans de (...)

Attaque du département de la Défense : le pirate écope de 3 ans de prison

Christophe Olry, Futura-Sciences

mardi 29 août 2006, sélectionné par Spyworld

logo

En mai dernier, un pirate informatique à la tête d’une horde de 400.000 PC zombies était rattrapé par la justice et écopait de 57 mois de prison, la peine la plus lourde jamais prononcée dans le cadre d’un tel procès.

Vendredi dernier, c’est un jeune homme de 21 ans qui a été déféré devant un juge de Seattle pour y répondre d’une attaque contre plusieurs dizaines de milliers d’ordinateurs, dont des postes du département américain de la Défense.

Le procès de Christopher Maxwell, 21 ans, réunissait dans les murs de sa salle d’audience l’administrateur réseau du district scolaire de Californie Colton Unified School District, un représentant du département américain de la Défense ainsi qu’un responsable de l’hôpital Seattle Northwest Hospital. Leur point commun : entre 2004 et 2005, leurs systèmes informatiques avaient été la cible d’une attaque de grande ampleur, touchant plusieurs dizaines de milliers d’ordinateurs.

Le juge de la cour fédérale Marsha J. Pechman a estimé que Christopher Maxwell était bien à l’origine de cette vaste fraude informatique, qui visait à installer des programmes publicitaires non désirés et à endommager intentionnellement des ordinateurs protégés du département de la Défense. Un travail illégal pour lequel le jeune homme aurait perçu près de 100.000 dollars.

Christopher Maxwell s’en est mieux tiré que Jeanson Ancheta, le pirate qui, en mai dernier, s’était vu prononcé une peine de 57 mois de prison. Il a tout de même écopé de trois années de prison, assorties de trois autres années de liberté sous surveillance.

L’avocat du jeune homme, Steve Bauer, n’a pas obtenu gain de cause : il espérait une sentence nettement plus réduite, accompagnée d’une période de probation et de services à la communauté. Pour ce faire, il avait mis en avant le casier vierge de son client. Mais c’était sans compter sur le juge Marsha J. Pechman, qui a choisi d’appliquer une peine exemplaire. Un choix motivé selon lui par « l’égoïsme incroyable et le peu d’égards [du jeune homme] pour l’impact de ses actes sur les autres personnes », et par la volonté de faire de ce procès un « exemple pour tous ces jeunes qui se terrent dans leur sous-sol, cherchant à briser les défenses de réseaux informatiques ».

S’il n’est pas certain que, comme l’affirme le juge, les pirates informatiques se cachent tous sous terre pour commettre leurs méfaits, une chose est sûre : un fort vent de justice souffle sur les pavillons de la piraterie informatique...


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :