samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > L’Amérique dépense beaucoup pour sa sécurité mais se sent encore (...)

L’Amérique dépense beaucoup pour sa sécurité mais se sent encore vulnérable

AFP

mardi 29 août 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Les Etats-Unis ont dépensé des milliards de dollars depuis le 11-Septembre pour renforcer la sécurité dans les aéroports, ports et autres installations sensibles, sans que le sentiment de vulnérabilité n’ait vraiment diminué. "Il y a encore beaucoup à faire" mais il y a eu "de grands progrès en cinq ans", estimait récemment Michael O’Hanlon, expert à la Brookings Institution à Washington. Les efforts de l’administration Bush se sont concentrés dans le secteur aérien pour éviter une répétition des attentats du 11 septembre 2001. Les aéroports américains se sont dotés d’équipements dernier cri pour détecter les objets dangereux et l’administration chargée de la sécurité dans les transports (TSA) a embauché en grand nombre. De nombreux experts en sont venus à penser que l’aviation commerciale était si surveillée que cela découragerait d’éventuels terroristes et que les risques d’attentats menaçaient désormais d’autres secteurs moins protégés. Mais le présumé complot terroriste déjoué récemment par la police britannique a ravivé les inquiétudes sur la vulnérabilité du transport aérien et la capacité de terroristes à contourner les mesures mises en place. De manière générale, les optimistes font valoir que l’absence d’attentats aux Etats-Unis depuis le 11-Septembre est la preuve du succès de la politique américaine. Mais les pessimistes, comme Peter Brookes, expert à la Heritage Foundation, soulignent que les Etats-Unis restent "dans la ligne de mire des terroristes" et que la lutte contre l’idéologie véhiculée par al-Qaïda n’a pas progressé. Dans une enquête publiée il y a quelques semaines, le Washington Post reproche à la lutte contre le terrorisme d’être devenue si vaste et complexe qu’il est difficile de savoir en quoi cela a rendu les Etats-Unis plus sûrs. En début d’année, l’inquiétude des Américains s’était focalisée sur leurs ports au moment de la controverse sur le projet de prise de contrôle de six d’entre eux par un groupe arabe, DP World, qui avait finalement renoncé. L’inquiétude avait porté sur le scénario d’une "bombe sale" radioactive acheminée en fraude par des terroristes dans un navire porte-conteneurs et qui exploserait dans un port américain. Le gouvernement avait alors insisté sur le renforcement de la sécurité depuis 2001 et le partenariat avec plus de 40 ports étrangers permettant l’inspection de conteneurs par des agents des douanes américains avant leur exportation aux Etats-Unis. Les installations chimiques et les sites nucléaires font également l’objet des préoccupations des experts et parlementaires. Un rapport de l’organisme public de contrôle de l’exécutif, GAO, avait estimé en février que le gouvernement manquait d’autorité pour imposer à l’industrie chimique un renforcement de la sécurité contre les menaces terroristes. Le rapport relevait toutefois que le gouvernement américain avait identifié 3.400 installations chimiques pouvant représenter un danger et lancé des programmes pour aider l’industrie et les autorités locales à protéger ces installations. Le GAO s’était également préoccupé dans un rapport en avril de l’assouplissement de règles de sécurité dans les centrales nucléaires à la demande des industriels, même s’il admettait des améliorations significatives en matière de sécurité après le 11-Septembre. Quant au renseignement américain, il se remet péniblement de l’échec du 11-Septembre. En juillet, un rapport parlementaire saluait la mise en place du nouveau Centre national de lutte contre le terrorisme mais critiquait le chef du renseignement américain, John Negroponte, pour sa lenteur à mettre en place des réformes.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :