samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Attentats déjoués : détention prolongée

Attentats déjoués : détention prolongée

Nouvelobs.com, avec AP

jeudi 31 août 2006, sélectionné par Spyworld

logo

La détention de 5 suspects interpellés dans le cadre de l’enquête sur le présumé complot contre des avions de ligne est prolongée d’une semaine.

Les autorités britanniques ont prolongé mercredi 30 août d’une semaine la détention de cinq des suspects interpellés dans le cadre du complot présumé visant à faire exploser en plein vol des avions de ligne à destination des Etats-Unis. La police n’a pas précisé l’identité des suspects concernés mais l’avocat de l’un des suspects, Muhammed Usman Saddique, 24 ans, a précisé que son client figurait parmi eux. La décision annoncée mercredi signifie que les enquêteurs peuvent continuer à interroger les cinq suspects jusqu’au 6 septembre, date à laquelle ils devront être inculpés ou remis en liberté.

28 jours maximum

La loi britannique autorise la police à maintenir les suspects de terrorisme en détention sans inculpation pour une durée maximum de 28 jours, sur approbation préalable d’un tribunal. Mardi, trois suspects, Mohammed Yasar Gulzar, 25 ans, Mohammed Shamin Uddin, 35 ans et Nabil Hussain, 22 ans, ont été inculpés pour conspiration en vue de perpétrer des meurtres et préparer des actes de terrorisme, avec "intention de faire entrer clandestinement dans l’avion les composants d’engins explosifs improvisés, de les assembler et de les faire exploser à bord".

Les trois hommes ont comparu pour la première fois mercredi devant le Tribunal de la Cité de Westminster, dans le centre de Londres, entouré d’importantes mesures de sécurité. Leur détention a été prolongée jusqu’au 18 septembre.

25 arrestations au total

En tout 11 personnes devront répondre des deux chefs d’inculpation, alors que quatre autres sont poursuivies pour des crimes moins importants, dont la rétention d’informations concernant des activités terroristes. Sur les 25 personnes arrêtées initialement les 9 et 10 août, 15 ont été inculpées, cinq demeurent en détention sans inculpation et cinq ont été relâchées. Les enquêteurs, qui ont procédé à des perquisitions dans une cinquantaine d’habitations, notamment à Londres et dans sa grande banlieue, ont annoncé avoir retrouvé des produits chimiques, dont du peroxyde d’hydrogène, des composants électriques, des documents, disques durs, cartes à mémoire, CD et DVD de stockage de données. Ils ont également découvert dans les ordinateurs de certains des suspects des enregistrements vidéo de martyrs, semblables à ceux réalisés par des kamikazes. Des suspects avaient par ailleurs rédigé des notes faisant part d’une intention de suicide en perpétrant un acte de terrorisme, d’après le département antiterroriste de la police londonienne. Les autorités britanniques ont annoncé le 10 août avoir déjoué un complot en vue de faire exploser dix avions de ligne en plein vol, entre la Grande-Bretagne et les Etats-Unis, à l’aide d’explosifs liquides.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :