mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Le Maroc affirme avoir déjoué un complot terroriste de grande (...)

Le Maroc affirme avoir déjoué un complot terroriste de grande ampleur

Le Figaro, avec AFP

jeudi 31 août 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Le ministre de l’Intérieur marocain affirme que la cellule d’extrémistes islamistes démantelée début août était sur le point de prendre pour cible des sites touristiques, des personnalités politiques du royaume et des diplomates étrangers.

La cellule d’extrémistes islamistes, démantelée début août au Maroc, était sur le point de passer à l’action. Et de prendre pour cibles les sites touristiques, les symboles du pouvoir, des personnalités marocaines de premier plan et des diplomates étrangers, selon le ministre de l’Intérieur, Chakib Benmoussa, qui ne fournit pas plus de précision sur les objectifs visés.

Toutefois, des sources proches des services de sécurité affirment que le groupe projetait d’attaquer le ministère de la Justice, des casernes militaires et des hôtels. Il aurait également envisagé de tuer des ministres étrangers.

56 membres arrêtés

Le ministre de l’Intérieur a désigné ce groupe sous le nom des Partisans du Mahdi (« Ansar al Mahdi »), et l’a qualifié de mouvement djihadiste salafiste prônant l’action violente pour atteindre ses objectifs. Depuis sa mise à jour début août, cinquante-six membres présumés de cette cellule ont été arrêtés, dans cinq villes différentes.

Certains d’entre eux appartiendraient aux forces de sécurité marocaines. Le ministre de l’Intérieur cite cinq militaires, trois gendarmes et un officier de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), mais précise qu’ « il ne s’agit que de cas marginaux et isolés ». Quatre femmes, dont deux seraient mariées à des pilotes de ligne de la compagnie Royal Air Maroc, ont également été interpellées ces derniers jours, pour avoir fourni « une assistance financière » au chef présumé du réseau, Hassan Khattab, et aux autres membres de la cellule.

Classes moyennes, voire aisées

Contrairement aux treize kamikazes des attentats sanglants de mai 2003, originaires des quartiers déshérités de Casablanca, les extrémistes arrêtés en août sont issus des classes moyennes, voire aisées.

Depuis mai 2003, la police a démantelé plus de 50 cellules de radicaux islamistes, dont certains sont liés à Al Qaïda, et procédé à plus de 3.000 arrestations. Pour le ministre de l’Intérieur marocain, le démantèlement des Partisans du Mahdi montre cependant que les extrémistes islamistes constituent encore une menace pour le royaume.

JPEG - 68.4 ko

Chakib Benmoussa, ministre marocain de l’Intérieur.(DR)

JPEG - 60.1 ko

Hassan Khattab est le chef présumé du réseau des Partisans du Mahdi (« Ansar al Mahdi »).(DR)


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :