mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > L’avion présidentiel atteint d’une balle perdue

L’avion présidentiel atteint d’une balle perdue

l’Express de Madagascar

mardi 5 septembre 2006, sélectionné par Spynews

logo

BASE AÉRONAVALE D’IVATO Croyant apercevoir un intrus aux alentours de l’avion présidentiel, le militaire de garde a tiré des rafales, dont un projectile a touché l’aile gauche de l’appareil.

Force One, l’avion du président victime du tir.

Panique à la base aéronavale à Ivato (Bani). L’avion présidentiel “Force one” a été la cible d’une balle perdue, dimanche à deux heures du matin. On ne déplore aucun dégat sur la carlingue. Néanmoins, la sécurité de l’appareil volant est renforcée suite à cet incident.

L’avion présidentiel a échappé au pire. L’aile gauche de “Force one” a été frappée d’une balle perdue à la base aéronavale d’Ivato. “J’ai aperçu quelqu’un s’approcher de l’avion présidentiel et j’ai tiré sur lui après avoir lancé une sommation. Il était sur le point de franchir la zone sensible”, raconte le garde qui a assuré la sentinelle. Ce dernier a tiré en rafales si bien qu’un projectile a touché par ricochet l’aile gauche de l’appareil.

Enquête

Après l’incident, un responsable a rassuré que le “petit coup” survenu sur l’avion ne compromet en aucun cas son utilisation. “Il peut encore voler malgré tout”, confirme-t-il. Une éventuelle poursuite n’est cependant pas exclue. Une enquête est engagée depuis dimanche. Par contre, aucune sanction n’est encore prononcée à l’encontre du jeune militaire qui effectue son service national à la Bani.

Contrairement aux autres appareils de l’aviation civile, la sécurisation de “Force one” est confiée aux éléments de l’armée de l’air à Ivato. Secret défense oblige, les responsables évitent cependant de livrer l’effectif des militaires chargés de monter la garde. Ils se contentent seulement de déclarer le renforcement des dispositifs de sécurité à la Bani.

L’événement survenu à Ivato a interpellé plus d’un, surtout à l’approche de l’élection présidentielle. Certains suspectent qu’un sabotage en serait à l’origine. D’autres admettent cependant l’hypothèse d’un acte involontaire. Tout le monde attend l’issue de l’enquête qui déterminera la cause exacte de l’incident. Un autre dossier relatif à l’accident de l’hélicoptère présidentiel à Imerinimady en 2005 n’a pas eu d’écho malgré les tapages médiatiques. Le président de la République en personne a demandé l’ouverture d’une enquête quelques jours après l’événement qui a failli lui coûter la vie.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :