mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Grande-Bretagne : premières comparutions dans le complot terroriste (...)

Grande-Bretagne : premières comparutions dans le complot terroriste d’août

Laure Mandeville, le Figaro

mardi 5 septembre 2006, sélectionné par Spyworld

logo

justice Soupçonnés d’avoir voulu faire sauter des avions assurant des vols transatlantiques, huit musulmans britanniques ont été maintenus en détention préventive, hier, après avoir comparu.

LA VASTE enquête antiterroriste, qui a mené la police britannique à annoncer au mois d’août la découverte d’un complot islamiste visant à faire exploser plusieurs avions sur des lignes transatlantiques, se poursuit tous azimuts.

Hier, huit des vingt-cinq hommes mis en garde à vue le 10 août en relation avec ces tentatives présumées d’attentats ont comparu devant un tribunal, par vidéo interposée. Âgés de 19 à 28 ans, ces jeunes gens, qui sont tous des musulmans britanniques, sont sous le coup de deux inculpations, l’une pour participation à la préparation d’un meurtre, l’autre pour préparation d’un attentat terroriste.

Montagnes de preuves

Selon ce deuxième chef d’accusation, ils sont soupçonnés d’avoir voulu introduire des charges explosives liquides à l’intérieur d’avions pour les faire exploser en vol.

À l’issue de la séance, qui n’aura duré que vingt-huit minutes, ils ont été remis en détention. Devant la salle bondée de monde qui assistait à la comparution, le procureur Colin Gibbs a expliqué que vu les montagnes de preuves accumulées par l’enquête, il s’attendait à un procès « très long, susceptible de durer de cinq à huit mois ». D’autres détenus accusés de ne pas avoir révélé les informations dont ils disposaient sur le complot, notamment une jeune femme de 23 ans mère d’un bébé de huit mois, comparaîtront le 19 septembre. Selon toute probabilité, le procès ne pourra pas commencer avant janvier 2008.

Dans le cadre d’une lutte antiterroriste qui révèle chaque jour de nouvelles surprises, les policiers ont par ailleurs annoncé avoir perquisitionné dimanche 17 logements à Londres et s’être vu accorder un délai supplémentaire pour interroger 14 suspects mis en garde à vue, après des perquisitions effectuées dans une école islamique du sud de l’Angleterre. Selon le quotidien The Guardian, la police britannique enquêterait depuis plusieurs mois sur « un réseau présumé de camps terroristes d’entraînement en Grande-Bretagne », dont cette école aurait été l’un des chaînons, révélation qui ne manquera pas d’alimenter le vif débat sur les écoles musulmanes qui bat son plein dans le pays. Le réseau ne serait lié ni aux tentatives d’attentats révélées en août, ni aux attentats terroristes du 7 juillet 2005.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :