jeudi 17 avril 2014

Accueil du site > Terrorisme > International > Les Etats-Unis craignent la menace nucléaire et biologique

Les Etats-Unis craignent la menace nucléaire et biologique

Deborah Charles, Reuters

vendredi 8 septembre 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Si la plupart des Américains redoutent avant tout une nouvelle attaque aérienne, le gouvernement travaille aussi à la prévention d’autres scénarios catastrophe qui verraient l’utilisation d’une arme de destruction massive.

Cinq ans après les attentats du 11-Septembre qui ont fait près de 3.000 morts, le ministre américain de la Sécurité intérieure Michael Chertoff a une nouvelle fois renforcé les mesures de sécurité à bord des avions, en réaction au complot déjoué par la police britannique, visant à faire exploser plusieurs avions de ligne en plein vol.

Mais il a également enjoint à son département de réfléchir à l’éventualité d’un autre type d’attaque mené à l’aide d’armes nucléaire ou biologique.

"Un engin nucléaire improvisé serait dévastateur, (provoquant) des milliers de victimes potentielles et (...) les dégâts se chiffreraient à plusieurs milliards de dollars", prédit Vayl Oxford, directeur du service Domestic Nuclear Detection au sein du ministère, dont la mission consiste à faire tout pour qu’une telle arme ne soit pas acheminée dans les grandes villes américaines.

"L’une de nos inquiétudes, c’est qu’une arme soit fabriquée sur le territoire américain", explique Oxford.

Le département a ainsi commencé cette année à moderniser les équipements de détection d’engins nucléaires dans les cargaisons arrivant dans les ports et les villes frontière des Etats-Unis.

D’autres inquiétudes se portent sur le déclenchement d’une course à l’armement nucléaire au niveau mondial.

"Cela ne fait qu’augmenter (...) le risque que cette technologie arrive aux mains des organisations terroristes", explique P.J. Crowley, ancien porte-parole de l’armée et du gouvernement américain, aujourd’hui directeur des questions de défense et sécurité nationales au Center for American Progress.

PAS ASSEZ D’ARGENT

Sur le front du risque biologique, le département de la Sécurité a mis sur pied un laboratoire, dont l’accès est sécurisé, pour étudier les maladies infectieuses telles que la variole qui pourraient être transformées en armes biologiques.

"Le vrai danger, c’est qu’avec des substances biologiques, on peut tuer un grand nombre de personnes", redoute John Vikto, qui travaille au laboratoire, aux environs de Washington, où des scientifiques tentent d’évaluer comment et avec quel degré de difficulté une arme biologique peut être créée.

"L’essentiel de ce que nous faisons sert à essayer de mieux comprendre les agents existants", explique Vikto. "On ne sait pas bien encore quelle quantité d’agent est nécessaire pour vous rendre malade si vous l’inhalez ou le mangez."

Certains experts estiment toutefois que l’administration Bush ne consacre pas encore assez d’argent à ce type de menaces.

Le département de la Sécurité intérieure prévoit de dépenser 536 millions de dollars l’an prochain pour la prévention d’attaques nucléaires et 337 millions de dollars sont assignés à la recherche sur les agents biologiques.

Les analystes rappellent toutefois que les avions restent la cible la plus traditionnelle des activistes.

"La réalité, c’est que la menace à laquelle nous sommes confrontés chaque jour vise l’aviation commerciale", explique Brian Jenkins, spécialiste du terrorisme et auteur d’un livre récent sur le risque aux Etats-Unis.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :