mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > La DST a interpellé 400 personnes en France depuis le 11/09/2001

La DST a interpellé 400 personnes en France depuis le 11/09/2001

Reuters

lundi 11 septembre 2006, sélectionné par Spyworld

logo

La Direction de la surveillance du territoire (DST) a interpellé 400 personnes en France depuis les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, selon son patron, Pierre de Bousquet de Florian.

"Nous sommes en France dans une doctrine de prévention avec comme obsession la neutralisation préventive des terroristes", a-t-il dit sur France Info. "Depuis le 11 septembre 2001, mon service (...) a interpellé 400 personnes dont, à ce jour, 152 ont été incarcérées."

La menace terroriste est aujourd’hui "très élevée et très internationale" et la France fait partie des pays menacés, a-t-il souligné : "Notre pays est franchement pour nos adversaires islamistes dans le camp des Occidentaux, des ’croisés’ comme ils disent, et rien ne nous sera épargné."

Un avis partagé par le juge antiterroriste Jean-Louis Bruguière, qui était l’invité de RTL.

"Ce qui est évident c’est que la menace n’a pas décru et qu’elle est à un niveau élevé, je dirais même très élevé", a-t-il dit. "Aujourd’hui, on est dans une situation qui est beaucoup plus compliquée (...) et confronté à une menace qui est beaucoup plus polymorphe et, surtout, très planétaire."

"La France est ciblée, incontestablement, au même titre que d’autres pays européens", a-t-il ajouté.

Le directeur de la DST a rappelé que de "nombreux messages", des chefs d’Al Qaïda ou des groupes extrémistes algériens, notamment, avaient désigné la France comme un pays-cible.

"On n’est pas plus menacé qu’il y a quelques années, on est menacé d’une manière différente", a précisé Pierre de Bousquet de Florian.

D’une part, les extrémistes ne prêtent pas attention à la nationalité des victimes lorsqu’ils attaquent des hôtels en Egypte ou en Turquie. D’autre part, ils ont décidé de "porter le djihad" au coeur des sociétés occidentales et donc "nul n’est à l’abri", a expliqué le directeur de la DST.

"PRIORITE ABSOLUE"

Pour lui, la menace la plus probable est "certainement encore un attentat classique à base d’explosifs"

"Mais l’obsession du groupe central d’Al Qaïda d’utiliser les avions comme armes (...) change évidemment un peu la nature de cette menace", a-t-il ajouté. "Nous savons que dans des laboratoires au Pakistan ou en Afghanistan, dans des camps d’Al Qaïda, ont été étudiées des solutions chimiques ou bactériologiques qui, un jour ou l’autre, pourraient se révéler ravageuses."

Depuis le 11 septembre 2001, la DST a fait de la lutte contre le terrorisme une "priorité absolue".

"Nos moyens ont été conséquemment renforcés", a expliqué son directeur. "Notre travail est resté classique dans les méthodes propres de notre service - les surveillances, le traitement de sources humaines ou la technique. Il s’est considérablement modifié et amplifié dans sa dimension internationale."

"Aujourd’hui, nous travaillons énormément avec les services de renseignement homologues", a-t-il ajouté.

Le juge Bruguière a ainsi qualifié d’"excellente" la coopération entre les autorités françaises et américaines en matière de lutte contre le terrorisme.

Les Etats-Unis sont peut-être un des "meilleurs partenaires" de la France dans ce domaine aujourd’hui, a-t-il dit. "Ça a été fortement renforcé et on travaille vraiment la main dans la main avec les Américains."


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :