lundi 23 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Le G7 s’engage dans la lutte antiterrorisme

Le G7 s’engage dans la lutte antiterrorisme

J.-P. R., le Figaro

lundi 18 septembre 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Les réunions internationales de Singapour ont fait rebondir sur le terrain financier le conflit entre les États-Unis et l’Iran.

POUR sa première participation à une réunion des ministres des Finances du G7, Henry Paulson, qui a quitté la présidence de Goldman Sachs pour devenir secrétaire au Trésor américain en juillet, avait une priorité : la lutte contre le terrorisme. Le communiqué final publié ce week-end à Singapour à l’issue de la rencontre des grands argentiers (États-Unis, Canada, Japon, Allemagne, France, Italie, Royaume-Uni) mentionne de façon sibylline « les réseaux de prolifération », autrement dit les filières de financement des armes de destruction massive. Henry Paulson a été plus explicite dans sa conférence de presse, stigmatisant « les menaces spécifiques de la Corée du Nord et de l’Iran ».

Après le pétrole, la menace monétaireAlors que le Trésor américain a, le 9 septembre, coupé tout lien avec la banque Sanderat, l’une des institutions financières les plus importantes d’Iran, le conflit entre les deux pays gagne le terrain financier. Présent à Singapour, comme les 183 autres gouverneurs de banques centrales qui participent cette semaine aux réunions financières annuelles du FMI et de la Banque mondiale, Ebrahim Sheibany, le gouverneur de la Banque d’Iran, a publiquement menacé de vendre les avoirs de change en dollars détenus par son pays. Après celle du pétrole, cette menace d’ordre monétaire intervient alors que les risques d’une rechute du dollar n’ont jamais été aussi grands, compte tenu du ralentissement de l’économie américaine et de ses déséquilibres externes (nos éditions du 15 septembre).

De même, l’assassinat d’Andrei Kozlov, le sous-gouverneur de la Banque centrale russe, qui avait été « sur le front de la lutte antiblanchiment », selon les termes du ministre des Finances russe Alexei Kudrin, a contribué à mettre le dossier du terrorisme en première ligne.

Les autres thèmes traditionnels en ont été sinon occultés du moins traités de façon plus routinière. Les ministres des Finances du G7 ont repris à leur compte l’analyse de l’économie mondiale faite par le FMI, soulignant que « les perspectives positives (de croissance, NDLR) ne sont cependant pas sans risques ».

Volonté de dédramatisationIls constatent que « les hauts prix de l’énergie reflètent à la fois une demande croissante liée à la forte expansion mondiale et aux craintes vis-à-vis des approvisionnements actuels et futurs ».

Plus surprenant peut-être, cette volonté de dédramatisation se retrouve sur les questions monétaires. Le yen japonais, dont certains regrettent la faiblesse sur les marchés, n’est pas mentionné. Le communiqué reprend le diagnostic d’avril dernier. « Une plus grande flexibilité des taux de change est souhaitable dans les économies émergentes avec d’importants excédents de leurs comptes courants, particulièrement en Chine. » Henry Paulson aura l’occasion d’en parler à Pékin, où il se rend mardi.

De façon plus saillante, les ministres des Finances expriment leur souhait de voir « reprendre les négociations commerciales du cycle du développement de Doha », et ils engagent pour cela « toutes les parties concernées à faire preuve de volonté politique et de souplesse ». Thierry Breton, le ministre français des Finances, note qu’il a été demandé à Pascal Lamy, le directeur général de l’Organisation mondiale du commerce, « de reprendre son bâton de pèlerin et qu’il le fasse dans un contexte plus bilatéral que multilatéral, lequel avait conduit à une impasse ».

Les ministres du G7 ont en outre donné leur aval à la réforme en cours du FMI (voir ci-dessous). De même, ils incitent les organisations financières internationales à aider à la reconstruction du Liban et notent avoir examiné la situation économique dans les territoires palestiniens.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :