jeudi 31 juillet 2014

Accueil du site > Défense > International > Les Suisses ne pensent plus que l’armée coûte trop cher

Les Suisses ne pensent plus que l’armée coûte trop cher

ATS

jeudi 21 septembre 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Les Suisses ne pensent plus que l’armée coûte trop cher, selon le dernier sondage UNIVOX sur le thème de la sécurité. L’engagement des militaires dans les régions inondées en 2005 a vraisemblablement contribué à redorer leur image.

Aujourd’hui, seuls 35% des Suisses pensent qu’on dépense trop pour l’armée, contre 50% en 2004. Depuis le début des enquêtes en 1989, les Suisses n’ont jamais été aussi peu nombreux à critiquer les coûts de l’armée. De plus, pour environ trois quarts des sondés, l’armée est indispensable. Ils plébiscitent son engagement lors de catastrophes naturelles (99%) et à l’étranger (79%).

Pour la plupart des personnes interrogées, les tâches des militaires doivent être multiples, la part des sondés favorables aux actions anti-terroristes est pratiquement revenue au niveau de 2000 (77%), après une pointe en 2004 (86%).Environ 50% pensent néanmoins que leur pays pourrait être touché un jour.

Concernant la situation internationale, les Suisses n’ont toutefois jamais été aussi pessimistes qu’aujourd’hui. Ils sont 57% à craindre une aggravation pour les cinq prochaines années, contre 44% seulement en 2004. Le dernier pic (54%) remonte à 1993, année de récession économique. Les optimistes ne représentent plus que 3% (16% en 1993).

Pour leur pays, les Suisses appréhendent surtout une pénurie de ressources énergétiques et de matières premières : 69% pensent qu’un tel scénario est vraisemblable d’ici 2011, soit 41% de plus qu’il y a deux ans. La peur d’une surpopulation étrangère a elle augmenté de 11%.

La neutralité de la Suisse est de moins en moins sacro-sainte : 53% des sondés pourraient accepter de l’abandonner sous certaines conditions. Ils étaient 46% en 2004. Toutefois, seule la position des Alémaniques a changé. Les Romands ne sont toujours que 46% à envisager un changement, précise M. Abele.

Neuf personnes sur dix sont ainsi d’avis qu’il faut interdire ou réprimer une manifestation si celle-ci émane de groupements connus pour être violents ou si elle met en danger la sécurité publique. Parallèlement, 77% approuvent une intervention de l’armée, alors qu’ils n’étaient encore que 56% en 2004.

Le sondage a été effectué en février 2006. Plus de 700 personnes ont été interrogées, dont 75% en Suisse alémanique et 25% en Suisse romande.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :