lundi 16 octobre 2017

Accueil du site > Informatique > Internet > Le navigateur Torpak promet l’anonymat aux internautes

Le navigateur Torpak promet l’anonymat aux internautes

Matthew Broersma, ZDNet UK

mardi 26 septembre 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Créé par les développeurs de Hacktivissimo, ce navigateur gratuit s’exécute à partir d’une clé USB, pour ne pas laisser de traces sur les PC. Il promet l’anonymat aux internautes en établissant une connexion via un réseau de serveurs distribués.

Hacktivismo, un groupe composé de défenseurs des droits de l’homme et d’experts en sécurité informatique, a développé Torpark, un navigateur destiné à améliorer la confidentialité et la sécurité des internautes. Il est basé sur Portable Firefox, une variante de Firefox qui s’exécute à partir d’une clé USB, sans laisser de traces sur les PC.

Torpark (téléchargeable ici) établit une connexion cryptée avec le réseau TOR ("The Onion Router"), dont l’objectif est de garantir l’anonymat en délivrant une succession d’adresses IP différentes.

L’adresse IP changée en permanence

« Torpark modifie en permanence, à quelques minutes d’intervalle, l’adresse IP vue par le site web, afin d’empêcher "l’écoute" clandestine et de masquer la source de la demande », explique Hacktivismo dans un communiqué. Dans le cas, par exemple, d’un utilisateur se trouvant à Londres, les sites web verront l’adresse IP d’une université en Allemagne, ou une autre adresse appartenant au réseau TOR.

Le navigateur chiffre les données envoyées au réseau TOR, mais les données ne sont pas cryptées entre TOR et le site de destination, prévient cependant Hacktivismo. « En conséquence, l’utilisateur ne doit pas se servir de son identifiant ou de son mot de passe sur les sites web qui n’offrent pas une connexion et une session sécurisées », souligne le groupe.

Torbird, pour la messagerie électronique

D’après les développeurs d’Hacktivismo, projet lancé sous l’égide du groupe de hackers "Cult of the dead cow", le navigateur est différent des autres navigateurs anonymes, tels qu’Anonymizer or SecretSurfer. Il est en effet gratuit, peu volumineux et portable. Par défaut, Torpark est en anglais, mais est disponible dans d’autres langues, dont le français.

Ceux qui l’ont testé trouvent que la session de navigation est un peu plus lente qu’avec un navigateur non modifié. Le navigateur ressemble à Firefox, mais affiche l’adresse IP en cours d’utilisation, et inclut un bouton pour réinitialiser la connexion serveur.

Outre Torpark, les développeurs ont mis au point une application de messagerie électronique, au principe similaire, baptisée Torbird.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :