vendredi 15 décembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > La piraterie informatique, nouvelle arme des djihadistes

La piraterie informatique, nouvelle arme des djihadistes

J. C., le Figaro

mercredi 27 septembre 2006, sélectionné par Spynews

logo

LES DJIHADISTES ne recrutent pas seulement des spécialistes en explosifs, ils embauchent aussi des pirates de l’informatique « hackers ». En mars dernier, les experts de la Direction générale de la sécurité extérieure (DSGE) ont eu la surprise de tomber sur un étrange groupe de discussion, hébergé par l’un des plus grands fournisseurs d’accès français. Des partisans du djihad en Irak ou en Afghanistan y recrutaient des « hackers » pour leur assigner deux objectifs : la destruction ou le parasitage de sites Internet « impies » et la pénétration de sites Internet sensibles.

Dans une note du 3 juillet dernier, la DGSE soulignait que de tels groupes de discussion, hébergés par des portails au-dessus de tout soupçon, offrent aux terroristes islamistes des espaces discrets et protégés contre les intrusions et le piratage. Outre le recrutement de « hackers », ces groupes servent également à recruter des volontaires ou à échanger des techniques de fabrication d’explosifs ou d’armes artisanales.

L’ensemble des services de renseignement français sont mobilisés contre cet investissement du cyberespace par les terroristes. En juillet et août dernier, la DST révélait ainsi l’existence d’une communauté d’internautes islamistes radicaux, « les soldats d’allah », comptant des membres au Brésil, au Pakistan et au Royaume-Uni.

Soutien logistique de groupes terroristes

La DST soulignait également que les cyberfanatiques exploitaient l’ensemble des techniques existantes, comme le « streaming » (diffusion de textes, vidéos ou images en continu) ou le « paltalk » (qui permet aux internautes de discuter pendant que des discours, des émissions ou des chants sont diffusés en continu).

Les renseignements généraux ont, eux aussi, créé début 2006 une cellule pour scruter Internet. Une surveillance qui confirme que la Toile n’est pas uniquement utilisée pour la propagande mais également pour le soutien logistique ou l’assistance opérationnelle de groupes terroristes. La surveillance d’un forum de discussion islamiste a ainsi récemment permis d’identifier deux groupes de suspects en région parisienne. Le premier réunissait des djihadistes prêts à partir pour l’Irak ou d’autres théâtres d’opération. Le second rassemblait des délinquants de droit commun utilisant une partie du fruit de leurs larcins pour soutenir la cause.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :