mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > George Bush ordonne la diffusion du rapport du renseignement

George Bush ordonne la diffusion du rapport du renseignement

Reuters

mercredi 27 septembre 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Dans l’espoir de mettre fin aux spéculations, le président George Bush a décidé de porter à la connaissance du public les principales conclusions du rapport du renseignement analysant les effets de la guerre en Irak sur le terrorisme.

A l’approche des élections de mi-mandat, le National Intelligence Estimate (NIE, rapport de synthèse de renseignement), qui conclut notamment que le conflit a donné naissance à une nouvelle génération de radicaux islamistes, est utilisé comme argument de campagne par l’opposition démocrate.

Depuis les fuites dans la presse ce week-end, plusieurs élus du Congrès pressaient l’administration républicaine de diffuser ce rapport confidentiel.

"Quelqu’un s’est chargé de divulguer, à des fins politiques, une information classée", a déclaré Bush lors d’une conférence de presse commune avec le président afghan Hamid Karzaï. "Je pense que c’est une mauvaise habitude pour notre gouvernement de déclassifier à chaque fois qu’il y a une fuite", a-t-il estimé.

D’après Dana Perino, porte-parole de la Maison blanche, un paragraphe, qui n’est pas représentatif de l’ensemble du document, a été "sauvagement extrait de son contexte".

Les services de John Negroponte, le directeur national du renseignement qui coordonne le travail des seize agences fédérales du renseignement, en ont publié trois pages et demie.

"Le conflit en Irak est devenue une ’cause célèbre’ pour les djihadistes, nourrissant un profond ressentiment contre l’engagement américaine dans le monde musulman et cultivant des partisans du mouvement djihadiste mondial", peut-on lire dans cet extrait.

"Si les djihadistes devaient quitter l’Irak en considérant qu’ils ont échoué, et en étant considérés ainsi, nous pensons qu’un moins grand nombre de combattants seraient inspirés pour poursuivre la lutte", poursuit le texte.

"LES FAITS SONT TÊTUS"

George Bush, qui compte sortir par le haut des élections du 7 novembre en menant campagne sur le thème de la sécurité nationale, a souligné qu’il partageait les conclusions du National Intelligence Estimate sur les métamorphoses de l’islamisme armé.

Les succès remportés contre la direction d’Al Qaïda, a-t-il dit, ont eu pour effet d’isoler les extrémistes, de les rendre "plus diffus et plus indépendants". De même, a-t-il ajouté, la mouvance djihadiste se sert de l’Irak pour attirer de nouvelles recrues.

Mais, a poursuivi le président, "certaines personnes ont imaginé ce qu’il y avait dans ce rapport et en ont conclu qu’aller en Irak était un erreur. Je ne suis pas du tout d’accord, pour moi, c’est de la naïveté."

Au nom des démocrates, Howard Dean a estimé que les Américains pourraient désormais juger par eux mêmes de l’importance de ce rapport de synthèse.

Le président du comité national démocrate a également réitéré les critiques de son parti, qui estime que la guerre en Irak a rendu l’Amérique moins sûre.

"Les faits sont têtus", dit-il dans un communiqué. "Rien ne change le fait que l’échec du président Bush et la guerre en Irak nous ont rendus moins sûrs et ont entravé notre capacité à mener et à remporter la guerre contre le terrorisme."

"Ces résultats sont les conséquences malheureuses de la décision de l’administration de distordre les informations du renseignement avant la guerre, d’ignorer nos plus hauts commandants militaires et de négliger totalement la planification de l’occupation post-Saddam", a surenchéri Harry Reid, le chef de file des sénateurs démocrates.

Les élections américaines de mi-mandat, qui renouvelleront notamment l’ensemble des 435 sièges de la chambre des représentants, sont prévues le 7 novembre.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :