mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > Ecoutes de l’Elysée : un rapport déclassifié

Ecoutes de l’Elysée : un rapport déclassifié

Nouvelobs.com

vendredi 18 mars 2005, sélectionné par Spyworld

Le rapport Bouchet commandé en 1992 par Bérégovoy dès qu’avaient été publiées les retranscriptions d’écoutes est déclassifié. Le procès sera réouvert.

Le Premier ministre a autorisé jeudi 17 mars la levée du secret défense de documents concernant les écoutes de l’Elysée ce qui devrait entraîner la réouverture du procès dont le jugement était attendu le 20 avril, a-t-on appris jeudi auprès de Matignon. Le Premier ministre a suivi l’avis favorable rendu le 2 mars par la Commission consultative du secret de la défense nationale, précise-t-on à Matignon. Cette déclassification des annexes III et IV du rapport Bouchet devrait entraîner une réouverture du procès. En effet, le tribunal devra examiner les documents déclassifiés et procéder à d’éventuelles auditions de prévenus ou de témoins, indique-t-on de sources judiciaires.

Liste des personnels autorisés

Ce rapport avait été commandé en 1992 par Pierre Bérégovoy, Premier ministre, à Paul Bouchet dès qu’avaient été publiées les retranscriptions d’écoutes de la cellule de l’Elysée. Matignon l’avait alors classé secret-défense. En mars 1998, Lionel Jospin a déclassifié le rapport, mais pas les annexes. Dans celles-ci figurent notamment la liste des personnels autorisés à procéder à des écoutes et les cahiers de dactylographie du Groupement interministériel de contrôle (GIC) ; ainsi qu’une série d’entretiens dont celui d’un membre de la cellule qui s’est suicidé en 1994 peu avant son audition par le juge d’instruction. Cette nouvelle demande de levée du secret-défense a été faite en janvier 2005 lors du procès par la défense de Gille Ménage, ancien directeur de cabinet de François Mitterrand à l’Elysée. Le parquet a requis des peines allant d’un à dix mois de prison avec sursis à l’encontre des douze prévenus, jugés pour "atteinte à l’intimité de la vie privée", "conservation en mémoire informatisée de données nominatives" pour avoir placé sur écoutes entre 1983 et 1986 des avocats, journalistes, écrivains. (AP)


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :