mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Tensions entre Tbilissi et Moscou, qui demande la libération immédiate des (...)

Tensions entre Tbilissi et Moscou, qui demande la libération immédiate des "espions" russes

Marie Jégo, le Monde

vendredi 29 septembre 2006, sélectionné par Spyworld

logo

La Russie a rappelé, jeudi 28 septembre, son ambassadeur en Géorgie et ordonné l’évacuation des familles d’une partie du personnel diplomatique sur place au lendemain de l’arrestation par les autorités géorgiennes, à Tbilissi, de cinq agents du renseignement militaire russe (GRU) accusés d’espionnage. Saisis en urgence par la Russie, les membres du Conseil de sécurité ont demandé aux observateurs de l’ONU présents dans la province sécessionniste d’Abkhazie de présenter un rapport vendredi.

Traditionnellement houleuses, les relations entre la Géorgie et la Russie se sont brusquement envenimées, mercredi, avec ces arrestations et avec l’encerclement par la police géorgienne du quartier général de l’armée russe à Tbilissi où un autre "espion" aurait trouvé refuge, selon les Géorgiens. Vendredi, les cinq militaires arrêtés ainsi que leur chauffeur et une dizaine de citoyens géorgiens se verront notifier leur inculpation.

Les autorités géorgiennes disent avoir en leur possession des documents audio et vidéo qui ne laissent aucun doute sur les intentions des personnes arrêtées. Le ministre géorgien de l’intérieur, Vano Merabichvili, a précisé que les cinq hommes étaient occupés à recueillir des informations sur les infrastructures du pays, sur les partis d’opposition, sur l’armée et sur les liens entre Tbilissi et l’OTAN.

RAPPROCHEMENT AVEC L’OTAN La semaine dernière, Moscou avait vivement réagi à la décision de l’OTAN d’engager "un dialogue intensif" avec la Géorgie, candidate à l’adhésion à l’Alliance atlantique depuis l’arrivée au pouvoir du président Mikhaïl Saakachvili à l’hiver 2003-2004. Le ministre russe de la défense, Sergueï Ivanov, avait dénoncé le "risque de déstabilisation pour la région" que constituait ce rapprochement, vu comme une intrusion occidentale dans la sphère d’influence russe. Le ministre avait alors menacé d’envoyer deux divisions à la frontière russo-géorgienne pour préserver "la sécurité de la Russie".

Exigeant, jeudi, la "libération immédiate" des cinq officiers russes détenus à Tbilissi, le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a mis en garde l’OTAN contre toute "complaisance" à l’égard des autorités géorgiennes.

Pour Sergueï Ivanov, hôte en ce moment de la réunion des ministres de la défense de l’OTAN en Slovénie, les agissements de Tbilissi, "commis avec l’hystérie dont la direction géorgienne est coutumière, visent de manière flagrante à pousser la Fédération russe à réagir de façon inappropriée".


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :