samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Enlèvement Iman : la Suisse suspecte la CIA d’avoir utiliser son (...)

Enlèvement Iman : la Suisse suspecte la CIA d’avoir utiliser son espace aérien

AFP

dimanche 1er octobre 2006, sélectionné par Spynews

logo

La justice suisse soupçonne la CIA d’avoir utilisé l’espace aérien suisse lors du transport d’Abou Omar, un iman égyptien radical, enlevé à Milan en 2003, a indiqué samedi le ministère suisse de la justice et de la police.

Le ministre de la justice et de la police Christoph Blocher "a informé la semaine dernière le gouvernement que l’enquête mène sur des soupçons qui concernent le transport d’Abou Omar", a déclaré à l’AFP M. Livio Zanolari, son porte-parole.

"Une enquête est menée par le procureur de la Fédération" et celle-ci "n’est pas terminée", a précisé le porte-parole, réagissant à une information publiée samedi par le journal suisse alémanique Blick.

Selon Blick, un rapport intermédiaire de la justice suisse indiquerait que la CIA a utilisé avec une "vraisemblance confinant à la certitude" l’espace suisse pour cet enlèvement.

M. Zanolari a démenti l’existence d’un rapport intermédiaire. M. Blocher a simplement fait une information orale sur l’état de l’enquête au gouvernement suisse, a-t-il souligné.

L’ex-imam d’une mosquée de Milan (nord), Ossama Mustafa Hassan, un Egyptien connu également sous le nom d’Abou Omar et soupçonné de terrorisme, avait été enlevé le 17 février 2003 à Milan par un commando de la CIA puis transféré en Egypte.

Dans son rapport au Conseil de l’Europe sur les vols de la CIA, rendu public le 7 juin dernier, le parlementaire suisse Dick Marty avait évoqué cette affaire et le lien avec la Suisse.

Dick Marty citait l’enquête de la justice italienne qui a pu démontrer que Abou Omar "a été transporté le même jour par avion de la base d’Aviano à celle de Ramstein en Allemagne en passant par l’espace aérien suisse, vol par ailleurs confirmé par les contrôleurs aériens suisses".

M. Zanolari n’a pas voulu préciser si les soupçons de l’enquête étaient liés au rapport de Dick Marty.

En juin dernier, la Suisse avait rejeté les reproches de M. Dick Marty qui accusait la Suisse de "formalisme" et de "servilité" envers les Etats-Unis.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :