lundi 11 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Les chefs des services secrets italiens renvoyés devant les (...)

Les chefs des services secrets italiens renvoyés devant les tribunaux

AFP

lundi 9 octobre 2006, sélectionné par Spynews

logo

Le procureur de Milan (Nord) a conclu son enquête dans l’enlèvement en Italie d’un imam égyptien par des agents de la CIA et va demander incessamment le renvoi devant la justice des chefs des services secrets italiens soupçonnés de complicité, selon l’agence Ansa.

Le procureur a conclu son enquête par une demande de renvoi devant les tribunaux italiens de 38 personnes impliquées dans l’enlèvement le 17 février 2003 à Milan d’un ex-imam de la mosquée de la ville, Osama Mustafa Hassan, un Egyptien également connu sous le nom d’Abou Omar, soupçonné de terrorisme et transféré par la CIA en Egypte où il a été torturé, précise Ansa.

Parmi les personnes impliquées figurent 26 agents de la CIA dont l’Italie réclame en vain l’extradition depuis juillet dernier ainsi que des agents et des dirigeants du renseignement militaire italien (Sismi) accusés de complicité avec la CIA.

Le chef du Sismi, le général Nicolo Pollari, et le numéro deux du service, Mario Mancini, figurent au nombre des personnes impliquées.

Le général Pollari a toujours nié être au courant de l’opération d’enlèvement et s’est souvent retranché derrière le secret d’Etat lorsqu’il a été interrogé par les magistrats ou les députés d’une commission parlementaire italienne d’enquête spécialement constituée pour cette affaire.

"Des membres du service du renseignement militaire ont eu un comportement répréhensible d’un point de vue institutionnel, au-delà de leur éventuelle responsabilité pénale", avait déclaré Massimo Brutti, vice-président du Comité parlementaire de contrôle des services secrets (COPACO), à l’issue de l’audition de M. Pollari le 27 septembre dernier.

Les aveux de plusieurs fonctionnaires du Sismi, rendus publics en juillet, avaient révélés une collaboration active de ce service avec un commando de la CIA (Agence centrale de renseignements américaine) dans l’enlèvement de l’imam, ce que l’ancien chef du gouvernement Silvio Berlusconi et Nicolo Pollari, ont toujours démenti.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :