jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Le renseignement américain a de sérieuses lacunes sur la Corée du (...)

Le renseignement américain a de sérieuses lacunes sur la Corée du Nord

Jérôme Bernard, AFP

jeudi 12 octobre 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Les services de renseignement américains manquent d’informations sur la Corée du Nord, un des pays les plus fermés de la planète, ces lacunes étant d’autant plus problématiques que Pyongyang a annoncé un essai nucléaire.

"Il y a beaucoup de choses sur la Corée du Nord que nous ne connaissons pas (...) Les Etats-Unis manquent d’informations cruciales qui sont nécessaires aux experts pour écrire leurs analyses avec assurance", écrit la commission sénatoriale sur le renseignement, dans un rapport rendu public quelques jours avant l’annonce lundi du test nord-coréen.

Le rapport, intitulé "Reconnaître la Corée du Nord comme une menace stratégique : un défi pour les Etats-Unis en matière de renseignement", s’inquiète des lacunes des services de renseignement américains alors que la Corée du Nord est "une menace stratégique potentielle qui nécessite pour les Etats-Unis des renseignements de haute qualité pour se préparer aux provocations nord-coréennes et évaluer les intentions de Pyongyang".

Dans un éditorial mardi, le New York Times s’est également inquiété des lacunes en matière de renseignement : "Il n’y a pas de solution militaire, notamment parce que les experts du renseignement n’ont pas idée où Pyongyang cache ses laboratoires d’armement ou ses stocks de plutonium".

La Corée du Nord a annoncé lundi avoir fait exploser sa première bombe atomique, mais la réalité de cet essai reste à démontrer, faute de données provenant de l’un des Etats les plus reclus de la planète.

La Maison Blanche a indiqué mardi n’avoir toujours pas la confirmation que la Corée du Nord avait procédé à un essai nucléaire. "Il existe une faible possibilité que nous ne puissions jamais déterminer complètement" ce qui s’est passé, a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche Tony Snow.

Des experts américains refusent de spéculer sur les apparentes faiblesses du renseignement américain, qui utilise des satellites et des détecteurs et échange des informations avec les services de renseignement étrangers pour connaître les activités militaires de la Corée du Nord.

"Vous ne pouvez pas avoir des renseignements qui dépassent les capacités technologiques", estime Anthony Cordesman, expert au Center for Strategic and International Studies (CSIS).

Michael Levi, expert au Council on Foreign Relations, est lui aussi prudent sur les lacunes du renseignement américain sur la Corée du Nord et il doute que celui-ci puisse procéder à "des améliorations réalistes".

"Les Etats-Unis ont une bonne connaissance des capacités militaires conventionnelles de la Corée du Nord car il s’agit d’équipements et de gens qui ne peuvent pas être cachés. En ce qui concerne le programme nucléaire, c’est plus difficile", estime-t-il.

"Le renseignement américain concernant le plutonium est bien meilleur que le renseignement sur l’enrichissement d’uranium. C’est le reflet des réalités techniques. Le plutonium nécessite un gros réacteur nucléaire, ce qui n’est pas le cas pour l’enrichissement de l’uranium", relève-t-il.

Selon lui, "la chose la plus difficile à comprendre sont les intentions nord-coréennes". "Il est très difficile de pénétrer les cercles dirigeants très fermés", souligne-t-il.

"Le monde a passé beaucoup de temps à essayer de comprendre les intentions soviétiques et la société soviétique, et il est encore sous le choc de l’effondrement de l’Union soviétique", relève M. Levi. Et pourtant "l’Union soviétique était plus ouverte que la Corée du Nord".


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :