lundi 16 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Washington entend préserver la liberté d’action américaine dans (...)

Washington entend préserver la liberté d’action américaine dans l’espace

Le Monde, avec AFP

jeudi 19 octobre 2006, sélectionné par Spyworld

logo

C’est un tournant dans la politique spatiale américaine. Dans un document signé du président Bush, rendu public mercredi 18 octobre, l’administration affirme que les Etats-Unis entendent "préserver tous leurs droits, leurs moyens et leur liberté d’action dans l’espace". Au besoin, "ils empêcheront leurs adversaires d’user de leurs capacités d’armement hostiles aux intérêts nationaux américains".

Il en va, pour George Bush, de la sécurité des Etats-Unis qui "dépend, de manière critique, de tous les engins qui circulent dans l’espace". Une dépendance qui va "croître", selon lui. En 2001, un rapport du Pentagone soulignait déjà la menace que des "ennemis potentiels" faisaient peser, grâce aux progrès technologiques, sur la liberté de circulation des satellites et autres engins spatiaux, militaires et civils des Etats-Unis.

Le document de l’administration Bush reprend ces arguments et conclut que "la liberté d’action dans l’espace est aussi importante pour les Etats-Unis que sa puissance aérienne et sa puissance maritime".

Le message est clair. L’administration américaine entend être totalement libre dans sa politique d’accès à l’espace. Elle s’opposera à toute sorte de traité ou de législation internationale, interdisant ou limitant les moyens de défense (satellites-espions, etc) ou d’expansion commerciale (satellites de télécommunications) utilisant l’espace.

Selon des experts militaires, ce document marque un durcissement de la politique de défense américaine. Selon eux, en refusant d’entrer dans d’éventuelles négociations sur la militarisation de l’espace, les Américains vont alimenter les soupçons sur leurs propres intentions de renforcer leurs programmes d’équipements spatiaux.

Les porte-parole de la Maison Blanche démentent. Pour eux, cette politique n’est pas "un prélude à la mise en orbite de nouvelles armes spatiales". Pour Tony Snow, l’un d’entre eux, la politique qui consiste à vouloir défendre l’accès de l’espace n’a rien à voir avec une politique de militarisation de l’espace.

Autrement dit, il ne s’agit pas de relancer la "guerre des étoiles", ainsi que l’on avait qualifié, durant la guerre froide et à l’initiative du président Reagan, la création d’un "bouclier" capable d’intercepter et de détruire en vol tout missile ennemi. Ce programme a été abandonné en 1993.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :