mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Technologie > Passeport biométrique : l’Europe en retard sur le calendrier (...)

Passeport biométrique : l’Europe en retard sur le calendrier américain

Andy McCue, Silicon.com

lundi 4 avril 2005, sélectionné par Spyworld

logo

En octobre prochain, les ressortissants des pays de l’UE devront posséder un passeport biométrique pour pénétrer, sans visa, sur le sol américain. Seuls six États seront en mesure de respecter l’échéance. L’UE réclame un délai aux États-Unis.

L’Union européenne (UE) demande aux États-Unis de reporter l’introduction des passeports biométriques pour ses ressortissants qui ne disposent pas de visa.

Les autorités américaines ont fixé l’échéance à octobre 2005, date à laquelle les étrangers entrant sur leur territoire devront détenir un passeport intégrant un identifiant biométrique dans une puce électronique.

Franco Frattini, commissaire européen à la Justice, a écrit au Congrès américain pour lui demander de différer cette échéance à août 2006. Il affirme que les problèmes de sécurité et d’interopérabilité rencontrés avec les lecteurs biométriques prennent plus de temps à résoudre que prévu. De plus, seulement six pays européens (Autriche, Belgique, Finlande, Allemagne, Luxembourg et Suède) sont actuellement en position de respecter l’échéance.

De son côté, le Royaume-Uni mène ses propres négociations avec les États-Unis pour rallonger le délai, car il ne prévoit pas de doter ses citoyens de passeports biométriques avant la la fin 2005. Ils seront munis d’une puce avec une photo numérique du titulaire ; les versions des autres pays de l’UE comporteront en plus une empreinte digitale.

L’introduction du passeport biométrique fixée à octobre 2004

Les États-Unis ont déjà reporté une première fois cette date, initialement fixée à octobre 2004. S’ils n’accèdent pas à cette nouvelle requête, des millions de personnes se rendant sur le sol américain devront faire une demande de visa, faute de posséder un passeport de ce type.

Par ailleurs, la Communauté européenne (CE) a publié les résultats d’une nouvelle étude majeure relative à l’impact des technologies biométriques sur la vie quotidienne des citoyens.

Intitulée "Biométrie aux frontières : évaluation des impacts sur la société" (à télécharger ici au format PDF), elle enjoint les responsables politiques à songer dès à présent aux conséquences de la biométrie, à l’heure où le coût de la technologie diminue et où son utilisation devient plus répandue.

Tout en reconnaissant la sécurité et les avantages apportés par cette technologie, l’étude soulève également des questions liées à sa fiabilité et son caractère intrusif. Elle indique que des essais à grande échelle doivent être menés sur le terrain.

« L’introduction de la biométrie n’est pas qu’un problème technologique. Elle soulève des défis quant au mode d’organisation de notre société. Ces défis doivent être résolus dans un avenir proche si l’on veut modeler l’utilisation de la biométrie plutôt que de se laisser dépasser par les événements », indique le rapport.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :