mercredi 13 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > Appareil discret pour l’USAFSOC

Appareil discret pour l’USAFSOC

Jean-Jacques Cécile, CF2R.org

mercredi 25 octobre 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Au sein de l’United States Air Force Special Operations Command, le 6th Special Operations Squadron (6th SOS) est spécialisé dans les missions dites « Foreign Internal Defense » qui consistent à aider les gouvernements étrangers à améliorer les capacités opérationnelles de leur armée de l’Air ; éminemment sensibles sur le plan politique, ces missions requièrent souvent beaucoup de discrétion. C’est la raison pour laquelle l’USAFSOC étudie la possibilité d’acquérir des avions « basse visibilité » susceptibles de passer inaperçus sur les bases aériennes étrangères, ce que les versions spécialisées du C-130 Hercules aux couleurs de l’US Air Force ne permettent pas. Cette éventualité pourrait être concrétisée dans le cadre du programme Joint Cargo Aircraft (JCA) ou amener les militaires américains à acheter sur étagère des avions de type « business jet ». On peut cependant marquer un certain étonnement face à la solution consistant à acquérir un appareil dédié. Quels que soient par ailleurs la taille et le type de l’avion apte à satisfaire ce besoin, il n’est pas évident que la mise en œuvre d’un nouvel appareil même en livrée civile soit la meilleure manière de passer inaperçu ainsi que l’a démontré l’action des « spotters » (passionnés d’aviation hantant les terrains d’atterrissage) dans l’affaire des jets privés de la Central Intelligence Agency impliqués dans les opérations de « rendition ». Parallèlement, on aura noté au tout début du conflit afghan l’utilisation par les forces spéciales de l’Oncle Sam d’un avion de transport léger Let-410 de conception tchèque tandis que deux hélicoptères Mi-17 d’origine russe furent mis à disposition des commandos paramilitaires de la CIA. Au sein du très discret Joint Special Operations Command existe du reste une Joint Aviation Unit dont la mission apparaît justement être de fournir à la demande des avions civils « démarqués » ; cette JAU pourrait être l’héritière de Seaspray, unité qui, à sa création, fut pour des raisons de discrétion intégrée à une société écran rattachée à la centrale et ayant pour raison sociale Aviation Tech Services. Voilà du reste une autre possibilité pour l’USAFSOC : le recours à des sociétés privées.

(©Jean-Jacques CÉCILE, 24 octobre 2006)


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :