mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > Défense : Alliot-Marie critique la "légèreté regrettable" de Ségolène (...)

Défense : Alliot-Marie critique la "légèreté regrettable" de Ségolène Royal

AFP

mercredi 8 novembre 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Michèle Alliot-Marie, ministre de la Défense, a critiqué la "légèreté regrettable" dont a fait preuve Ségolène Royal, candidate à l’investiture socialiste, lors du débat de mardi soir, sur la prolifération nucléaire et sur le second porte-avions français. "Mme Royal a fait deux propositions qui montrent une légèreté regrettable sur des sujets aussi essentiels pour la sécurité des Français", affirme la ministre dans un communiqué.

Elle relève d’abord la suggestion de la candidate au sujet de l’Iran et de la prolifération nucléaire. Mme Royal avait prôné "une action diplomatique extrêmement ferme pour que ce pays n’accède pas au nucléaire", précisant ensuite qu’il ne s’agirait pas d’interdire à l’Iran de faire du nucléaire civil mais de "le contrôler".

Selon Mme Alliot-Marie, cela reviendrait à ce que la France, au lieu de "militer contre la prolifération nucléaire militaire", décide "au cas par cas de qui dans le monde est autorisé à utiliser le nucléaire civil".

"C’est une méconnaissance des traités, des mécanismes internationaux et des réalités du nucléaire", souligne Mme Alliot-Marie. "Madame Royal ignore visiblement que le TNP (traité de non prolifération nucléaire, ndlr) ne porte que sur le nucléaire militaire".

Elle s’en prend aussi à une autre proposition de Mme Royal. La candidate avait déclaré que la France devrait, plutôt que de construire un second porte-avions, chercher "à négocier avec les Britanniques" pour "assurer une présence en mer permanente" pendant les périodes d’immobilisation du porte-avions français.

"Outre la dégradation de l’image et du rang de notre pays, elle semble ignorer que les porte-avions britanniques ne sont pas adaptés à nos avions", souligne Mme Alliot-Marie, qui ajoute : "de plus, croit-elle que quand les Britanniques seront engagés dans une mission, on pourra leur demander de se désengager parce que nous aurons besoin d’un porte-avions ?".

"Mme Royal confond l’Europe de la Défense avec SOS dépannage", affirme-t-elle.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :