vendredi 15 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > John Negroponte promet une réforme du renseignement américain

John Negroponte promet une réforme du renseignement américain

Le Monde

mardi 12 avril 2005, sélectionné par Spyworld

logo

Le superpatron du renseignement américain, John Negroponte, a promis, mardi 12 avril, devant le Congrès, de donner un "bon coup de pied dans la fourmilière" de ce secteur, afin de tourner définitivement la page des échecs du 11 septembre 2001 et des erreurs d’analyse sur l’arsenal irakien. "Tout le monde sait que c’est un travail difficile, mais les choses qu’il faudra faire différemment seront faites différemment. Il nous faut un seul secteur du renseignement, qui coopère sans heurt, réagit rapidement, et passe plus de temps à penser à l’avenir qu’au passé", a déclaré M. Negroponte.

L’ex-ambassadeur en Irak était auditionné au Sénat pour confirmer sa nomination au poste de directeur du renseignement national (DNI), chapeautant une quinzaine d’organismes du renseignement, y compris la CIA. Ce diplomate de carrière de 65 ans doit inaugurer un poste nouvellement créé dans le cadre d’une vaste réforme du renseignement promulguée en décembre, en application des recommandations de la commission d’enquête sur les attentats du 11 septembre 2001. Il a été chaudement encouragé par les parlementaires à agir avec vigueur après les échecs qu’ont été ces attentats et les erreurs d’analyse sur l’arsenal irakien.

Pour réussir à ce nouveau poste, "il vous faudra la finesse gestionnaire de Lee Iacocca (légendaire PDG de Chrysler), l’innovation de Bill Gates, la fermeté et le charisme de Winston Churchill, et, de temps en temps, les talents de négociateurs d’Attila le Huns", a souligné avec humour le démocrate Jay Rockefeller. Le président de la commission, le républicain Pat Roberts, a également évoqué la nécessité d’être prêt à "marcher sur quelques pieds" et à "donner des coups de pied". "En tant que premier DNI, vous établirez des précédents historiques qui définiront tous les futurs DNI", a dit M. Roberts, estimant que "si le premier DNI n’exerce pas tout son pouvoir, il sera difficile pour les suivants de le faire".

D’autres, comme la républicaine Olympia Snowe, l’ont appelé à casser les baronnies et les mentalités de clocher, soulignant que les agents devaient privilégier la loyauté à leur pays et au secteur du renseignement dans son ensemble, plutôt qu’à leur organisme particulier.

"VÉRITÉ BRUTE"

En réponse, M. Negroponte, qui a reconnu la nécessité de "renseignement de meilleure qualité", a affiché sa foi dans le "travail d’équipe", et il a annoncé avoir déjà multiplié les contacts avec les patrons des ministères de la défense, de la justice, de la sécurité intérieure, du FBI et de la CIA. "On a beaucoup parlé des baronnies du renseignement, (...), et il n’y pas de fumée sans feu", a-t-il convenu, "mais les temps présents exigent que nous transcendions les divisions entre militaires et civils."

M. Negroponte a aussi promis une totale franchise, alors que l’ancien patron de la CIA George Tenet avait été accusé de complaisance, balayant notamment les doutes sur l’existence d’armes de destruction massive irakiennes avant la guerre. "Je crois que le président mérite que son directeur du renseignement national et la communauté du renseignement lui livrent la vérité brute", a déclaré M. Negroponte, qui a enchaîné des postes très exposé dans l’administration Bush, en particulier ambassadeur aux Nations unies avant et pendant la guerre en Irak et premier ambassadeur américain dans l’Irak d’après Saddam Hussein.

Il sera notamment chargé de faire un rapport quotidien au président Bush sur l’état des menaces pesant sur les Etats-Unis, une tâche jusqu’à présent dévolue au patron de la CIA, l’ancien parlementaire républicain Porter Goss, qui a pris ses fonctions fin septembre.

Avec AFP


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :