jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Les services secrets américains essaient de diagnostiquer le cas du patient (...)

Les services secrets américains essaient de diagnostiquer le cas du patient Fidel Castro

Pierre Bouvier, le Monde

lundi 13 novembre 2006, sélectionné par Spyworld

epuis qu’il a subi une intervention chirurgicale d’urgence, le Lider maximo n’est apparu que sur des photos et dans des vidéos, pour la dernière fois le 28 octobre. Et les spéculations vont bon train sur sa maladie. Les services secrets américains croient savoir qu’il souffrirait d’un cancer en phase terminale.

Sur un enregistrement vidéo diffusé le 28 octobre, le président cubain apparaît extrêmement affaibli. Il aurait perdu vingt kilos, selon des sources au gouvernement américain et au Pentagone, et n’aurait que dix-huit mois à vivre s’il suit une chimiothérapie, moins sans traitement. Ces responsables spéculent aussi sur la nature du cancer – estomac, foie, côlon – dont serait atteint "Fidel".

"JE SAIS QU’IL VA BIEN"

Ce n’est pas la première fois que les services secrets américains se livrent à ce type de "diagnostics", basés uniquement sur l’observation d’images. Dans les années 1970, la CIA donnait dans l’espionnage médical à distance, sur des "patients" célèbres. En mars 2005, la centrale américaine avait déclassifié un document publié au printemps 1979, paru dans la revue Studies in Intelligence, et consacré à "la santé des very important patients", dirigeants d’Etats amis ou ennemis. Parmi ceux-ci se trouvaient Georges Pompidou, Leonid Brejnev, Houari Boumediène ou Menahem Begin. Photos de Georges Pompidou à l’appui, la CIA décrivait, par exemple, la maladie et "le déclin" du deuxième président de la Ve République.

Officiellement, le président cubain devrait, au terme de sa convalescence, reprendre les rênes du pouvoir mais il pourrait ne pas être en mesure de participer à la célébration de son 80e anniversaire, le 2 décembre, a déclaré, vendredi 10 novembre, le président de l’Assemblée nationale. "Je sais qu’il va bien, qu’il continue à se rétablir en suivant consciencieusement son programme de rééducation", a déclaré Ricardo Alarcón. "Je suis certain que le processus va se poursuivre de manière à ce qu’il se rétablisse totalement", a ajouté M. Alarcón, un des plus proches conseillers de Fidel Castro.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :