mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Défense > France > La France ne sera pas invitée à l’Exposition internationale de la (...)

La France ne sera pas invitée à l’Exposition internationale de la Défense en Turquie

AP

vendredi 17 novembre 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Après l’annonce mercredi par le commandant des forces terrestres turques de la suspension des relations militaires avec la France, le ministre de la Défense Vecdi Gonul a précisé jeudi que la France n’était pas invitée à l’Exposition internationale de la défense, qui doit se tenir à Ankara l’année prochaine.

"La France n’est pas invitée à cette exposition (...) en raison des développements récents", a déclaré M. Gonul à la presse, faisant apparemment référence à l’adoption par l’Assemblée nationale française de la loi pénalisant la négation du génocide arménien.

Paris avait estimé plus tôt jeudi que la décision turque de suspendre ses relations militaires avec la France n’aurait pas de conséquences immédiates.

Selon le porte-parole du ministère de la Défense Jean-François Bureau, "il n’y a pas de conséquences concrètes pour l’instant", n’excluant pas qu’il "peut y en avoir".

"A ma connaissance, nous n’avons pas eu de communication officielle à ce sujet de la part des autorités turques", a renchéri pour sa part le porte-parole du Quai d’Orsay Jean-Baptiste Mattéi.

Paris a appris par la presse la déclaration du commandant des forces terrestres turques, le général Ilker Basbug, qui évoquait une mesure de rétorsion après le vote sur le génocide arménien. M. Bureau a en outre noté que l’annonce avait été faite par un militaire, et non par le gouvernement turc.

La France et la Turquie travaillent ensemble en Afghanistan, leurs forces étant stationnées avec les Italiens sur la même base à Kaboul et Paris transmettra aux Turcs le commandement de cette opération tripartite de l’ISAF en avril 2007. A Kaboul, 500 soldats turcs sont déjà responsables de la sécurité de l’est de la ville.

Les troupes sont également engagées côte-à-côte au Liban, en Bosnie, au Kosovo et en République démocratique du Congo. "Il y a une relation de travail et de coopération dans ces engagements opérationnels avec la Turquie qui sont extrêmement importants, et qui a nos yeux, vont demeurer", a ajouté Jean-François Bureau.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :