dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Les confessions d’un agent secret israélien

Les confessions d’un agent secret israélien

Mohamed El-Ouahed, lanouvellerepublique.com

lundi 20 novembre 2006, sélectionné par Spynews

logo

La camionnette alla se garer derrière un immeuble situé sur la Rue Jumhuriyyah , à Tripoli (Rue de la République ), à moins de trois blocs d’immeubles de la caserne de Bab al-Aziziyyah, connue pour abriter le quartier général et la résidence privée de Qaddhafi. A ce moment-là, les hommes de la camionnette s’étaient changés : ils s’étaient déguisés en civils.

Deux d’entre eux restèrent dans la camionnette, pour faire le guet et les deux autres aidèrent les combattants du Mossad à monter le précieux cylindre (le Trojan) sur la terrasse de l’immeuble, qui comportait cinq étages. Le Trojan avait été roulé dans un tapis !

Dans l’appartement, une des extrémités du cylindre fut ouverte, un petite antenne parabolique en fut extraite, puis placée devant une fenêtre orientée au nord. L’unité émettrice fut activée : le cheval de Troie était dans la place !

L’agent du Mossad avait loué l’appartement pour une durée de six mois et il avait payé la location cash et d’avance. Personne ne pouvait donc avoir le moindre soupçon en voyant l’agent secret déguisé en locataire y pénétrer. Inversement, personne d’autre n’avait rien à faire dans cet appartement. Toutefois, dût un intrus avoir le malheur de pénétrer dans cet appartement, le Trojan se serait autodétruit, emportant dans sa formidable déflagration l’ensemble de la partie supérieure de l’immeuble. Les trois hommes retournèrent à la camionnette, puis ils roulèrent vers leur rendez-vous avec leurs amis, à la plage.

Après avoir déposé les commandos sur la plage, le combattant retourna à vive allure à Tripoli, où il avait pour mission de surveiller le travail de transmissions et de désinformation du Trojan durant les semaines à venir. Les commandos, une fois sur la plage, ne traînèrent pas eux non plus, et ils prirent le large, grâce à leurs cochons et leurs oiseaux. Ils n’avaient pas du tout envie de se faire pincer dans les eaux libyennes à la levée du jour. Ils se dirigèrent donc, en poussant à plein régime leurs cochons trop poussifs à leur goût, vers un point de rassemblement convenu à l’avance, où ils retrouvèrent les deux vedettes lance-missiles, qui les hissèrent à bord.

Vers la fin du mois de mars, les Américains commençaient déjà à intercepter des messages diffusés par le Trojan, qui était activé seulement durant les heures de pointe de transmission de télécommunications. Grâce au Trojan, le Mossad s’efforçait de donner à penser qu’une longue série d’instructions en vue d’attentats terroristes était en train d’être transmise aux différentes ambassades libyennes à travers le monde entier (ou, plus exactement, pour reprendre la terminologie des Libyens eux-mêmes, les différents « Bureaux Populaires »… ) Conformément aux attentes du Mossad, les messages transmis (par le Trojan) furent déchiffrés par les Américains, qui les présentèrent comme la preuve irréfutable que les Libyens soutenaient activement le terrorisme. Pour enfoncer le clou, des rapports du Mossad venaient systématiquement confirmer les accusations comminatoires américaines ! ! !

Toutefois, ni les Espagnols ni les Français n’étaient dupes. Ils ne gobaient pas ce flot subit d’informations. Il leur semblait extrêmement suspect que soudain, de but en blanc, les Libyens, qui avaient fait montre d’une prudence de sioux, jusqu’alors, se mettent du jour au lendemain à faire de la publicité pour leurs supposés actes terroristes futurs. Ils trouvaient suspect, aussi, qu’à plusieurs reprises les rapports du Mossad aient été rédigés en des termes très proches des messages codés libyens. Ils avançaient – plus important – l’argument que s’il y avait eu, effectivement, des messages codés libyens rendant compte d’attentats avérés, l’attentat contre la discothèque La Belle, à Berlin Ouest, commis le 5 avril, aurait pu être évité, car il y aurait sûrement eu des messages concernant cette attaque avant qu’elle ne soit perpétrée, ce qui aurait permis aux services d’écoute de la prévenir. Etant donné que cet attentat n’avait pas pu être évité, ils pensaient que ce n’était pas les Libyens qui en étaient à l’origine, et que les « nouvelles communications » soi-disant libyennes étaient un leurre. Les Français et les Espagnols voyaient juste. L’information était bidon et le Mossad ne disposait pas du moindre indice sur qui avait bien pu déposer la bombe qui tua un soldat américain et en blessa plusieurs autres, dans cette discothèque berlinoise. Mais le Mossad était lié à la plupart des organisations terroristes européennes, et il était convaincu que, dans l’atmosphère trouble qui s’était emparée de l’Europe à cette époque-là, un attentat causant une victime américaine était dans l’ordre des choses : ce n’était qu’une question de temps. Les dirigeants du Mossad comptaient sur la promesse que les Américains leur avait faite (qu’en cas d’attentat contre eux), ils se vengeraient au centuple sur tout pays dont il aurait pu être prouvé qu’il soutenait le terrorisme. Le Trojan fournit aux Américains la ‘preuve’ dont ils avaient besoin. Le Mossad se chargea d’introduire dans l’équation l’image de lunatique dont était affublé Qaddhafi, ce qui n’était pas difficile en raison de ses multiples déclarations tonitruantes, qui n’étaient destinées, en réalité, qu’au seul usage interne…

Il faut se rappeler qu’à l’époque, Qaddhafi avait en quelque sorte tracé une ligne passant au large, fermant le Golfe de Sidra qu’elle transformait de facto en eaux territoriales libyennes, et qu’il qualifiait la nouvelle frontière passant au milieu de la mer de « ligne de la mort » (ces agissements n’avaient pas peu contribué à endommager son image de dirigeant modéré).

Finalement, les Américains tombèrent tête baissée dans le piège tendu par le Mossad, entraînant les Anglais et les Allemands derrière eux, bien que ces derniers traînassent quelque peu les pieds. L’opération Trojan fut l’un des plus grands succès remportés par le Mossad. Elle entraîna le bombardement aérien de Tripoli, promis par le président américain Reagan — et ce bombardement eut trois conséquences extrêmement importantes. Tout d’abord, il fit tourner court un compromis qui aurait permis de libérer les otages américains au Liban, chose qui permettait de conserver au Hizbullah (Parti de Dieu) son statut - très précieux pour Israël — d’ennemi numéro Un aux yeux de l’Occident. Ensuite, le bombardement américain sur Tripoli envoya un message à l’ensemble du monde arabe, lui signifiant très précisément où les Etats-Unis en étaient, quant au conflit arabo-israélien. Enfin, il redorait l’image du Mossad, puisque c’était lui qui, par un habile tour de prestidigitation, avait incité les Etats-Unis à faire ce qui convenait ! Seuls les Français ne mordirent pas à l’hameçon du Mossad, et ils restèrent déterminés à ne pas prêter une quelconque assistance à l’agression américaine. Les Français refusèrent le survol de leur territoire aux bombardiers américains, en vol pour leur sinistre besogne en Libye.

Le 14 avril 1986, cent soixante bombardiers américains lâchèrent soixante tonnes de bombes sur la Libye. Les attaquants bombardèrent l’aéroport international de Tripoli, les casernes de Bab Al-Aziziyyah, la base navale de Sidi Bilal, la ville de Benghazi et le terrain d’aviation de Benine, dans la banlieue de cette dernière grande ville. L’escadrille de bombardiers consistait en deux ensembles principaux, l’un venait d’Angleterre et l’autre avait décollé de porte-avions voguant en Méditerranée. D’Angleterre vinrent vingt quatre F-111, depuis la base de Lakenheath, cinq EF-111 d’Upper Heyford et vingt-huit tankers de ravitaillement qui avaient décollé de Mildenhall et de Fairford. Durant l’attaque, les F-111 et les EF-111 de la Royal Airforce furent rejoints par dix huit avions d’attaque et de soutien A-6 et A-7, six avions de combat F/A-18, quatorze avions de brouillage électronique EA-6B, ainsi que d’autres avions de soutien logistique. Les avions de la US Navy furent catapultés par les porte-avions Coral Sea et America. Du côté libyen, on enregistra environ quarante morts. Tous, des civils, dont la fille adoptive de Qaddhafi. Du côté américain, un pilote ainsi que son officier servant furent tués dans l’explosion de leur F-111…

Immédiatement après les bombardements américano-anglo-allemands en Libye, le Hizbullah mit fin aux négociations autour des otages qu’il retenait au Liban, et il en exécuta trois, dont Peter Kilburn, un Américain. Quant aux Français, ils furent remerciés de leur attitude de non-participation dans l’attaque anti-libyenne par la libération, à la fin juin, de deux journalistes français retenus en otages à Beyrouth. (Comme de juste, une bombe « perdue » avait endommagé l’ambassade de France lors du bombardement de Tripoli…)

Ephraïm venait donc de tout raconter, confirmant ce que je savais déjà. Puis il poursuivit. « Après le bombardement en Libye, notre ami Qaddhafi va certainement être en dehors de la photo pour encore quelque temps. L’Irak et Saddam Hussein sont la prochaine cible. Nous commençons dès maintenant à en faire le grand méchant loup. Cela prendra un peu de temps, mais à la fin, une chose est sûr : ça marchera ! »

« Mais Saddam n’est-il pas considéré comme plutôt modéré à notre égard, puisqu’il est allié à la Jordanie et qu’il est l’ennemi juré de l’Iran et de la Syrie ? », objectai-je.

« Ouaip… C’est bien pour ça que personnellement, je suis contre cette mission. Mais ce sont les ordres, et je dois les suivre. Heureusement, vous et moi, nous aurons terminé nos petites manigances avant que quoi que ce soit de géant n’arrive. Après tout, nous avons déjà détruit les installations nucléaires de Saddam, et nous sommes en train de nous faire des cils en or en lui vendant de la haute technologie et des équipements, par l’intermédiaire de l’Afrique du Sud… »

Au cours des semaines suivantes, on eut droit à un flot croissant de révélations toutes plus alarmantes les unes que les autres au sujet des éléments de la machine de guerre de Saddam, dont le fameux « canon géant » ! Le Mossad a fait tout ce qu’il a pu, jusqu’à la quasi saturation du monde parallèle de l’espionnage, afin de diffuser des informations sur les intentions malveillantes de Saddam la Menace , en misant sur le fait que celui-ci aurait à sa disposition une longueur de corde suffisante pour se pendre, avant longtemps.

Le but global du Mossad était extrêmement clair. Il voulait que l’Ouest mène sa guerre à sa place, comme les Américains l’avaient fait en Libye, en bombardant Qaddhafi. Après tout, Israël ne possédait pas d’avions gros porteurs ni d’une énorme puissance aérienne, et bien qu’il eût démontré sa capacité à bombarder un camp de réfugiés (palestiniens), à Tunis, ce n’était pas la même chose. Les dirigeants du Mossad savaient que s’ils pouvaient faire apparaître Saddam comme quelqu’un de suffisamment mauvais, représentant une menace pour les approvisionnements pétroliers en provenance du Golfe, dont il avait été jusqu’alors le protecteur, dans une certaine mesure, alors les Etats-Unis et leurs alliés ne le laisseraient pas obtenir quoi que ce soit, mais prendraient des mesures qui ne pourraient qu’entraîner la destruction totale de son armée et de son potentiel en armement, tout particulièrement si l’on parvenait à leur faire croire qu’il s’agissait là de leur dernière opportunité, avant que Saddam ne devienne « nucléaire »…

Suite et fin


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :

1 Message

  • Les confessions d’un agent secret israélien 22 novembre 2006 17:55, par JM

    A quel point peut on être sûr de la fiabilité de ce genre d’information ?
    Ca ne m’étonnerait pas venant des israéliens, mais l’auteur de cet article est certainement loin d’être impartial...
    Avez vous croisé ces données ?