mardi 24 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > La Russie responsable de l’empoisonnement de l’ex-espion (...)

La Russie responsable de l’empoisonnement de l’ex-espion (ancien chef du KGB à Londres)

AFP

lundi 20 novembre 2006, sélectionné par Spyworld

logo

L’empoisonnement de l’ancien espion des services secrets russes, qui est entre la vie et la mort dans un hôpital londonien, a été "commandité par l’Etat (russe)" et "seuls" les services de renseignement russes ont pu faire une telle chose, a affirmé un ancien chef du KGB à Londres au Times.

Oleg Gordievski, chef espion en Grande-Bretagne pour le KGB, ancêtre du FSB, dans les années 80 et transfuge le plus gradé des services soviétiques en Occident, a affirmé que, s’il ignorait l’identité de l’assassin d’Alexandre Litvinenko, il soupçonnait que ce soit un ami russe et un de ses anciens collègues, dans un entretien au Times publié lundi.

"Bien sûr que cela a été commandité par l’Etat (russe)", a affirmé M. Gordievski, proche de Litvinenko.

"Il était un ennemi évident. Seul le KGB est capable de faire une telle chose. Le poison était très sophistiqué", a-t-il déclaré au quotidien britannique, se référant toujours à l’ancien nom des services d’espionnage russe.

"Personne n’aurait osé le faire tout seul", a-t-il ajouté, laissant entendre que ceux qui ont planifié l’assassinat ont eu besoin de la permission du Kremlin.

"Le KGB niera bien-sûr en bloc. Les Russes nient toujours les assassinats comandités", a-t-il ajouté.

M. Gordievski a dit qu’il soupçonnait la personne ayant empoisonné Alexandre Litvinenko d’être un ancien associé de l’oligarque russe Boris Berezovski, aujourd’hui en exil en Grande-Bretagne, mais a refusé de livrer son nom au Times.

"Il (l’assassin présumé) faisait partie de l’entourage de M. Berezovski avant d’être emprisonné à Moscou. Et puis, soudainement, il a été relâché et est devenu en très peu de temps un homme d’affaires millionaire. Tout cela est très suspect", a estimé l’ancien chef du KGB londonien.

"Mais le KGB recrute des agents dans ses prisons et dans ses camps depuis les années 30. C’est comme cela qu’ils fonctionnent", a-t-il expliqué.

Selon M. Gordievski, l’homme s’est rendu à Londres et s’est présenté à Alexandre Litvinenko comme un homme d’affaires et un ami. Il l’aurait rencontré dans un hôtel et aurait alors versé le poison dans son thé.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :