mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Le Kremlin dément avoir empoisonné l’ex-espion

Le Kremlin dément avoir empoisonné l’ex-espion

Le Figaro, avec AFP

lundi 20 novembre 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Le renseignement extérieur russe nie être derrière la tentative d’assassinat de l’ex-agent Alexandre Litvinenko. Dans un entretien au Times, l’ancien chef espion pour le KGB en Grande-Bretagne avait pourtant accusé Moscou d’en être le commanditaire. L’ex-agent est toujours entre la vie et la mort.

« Nous n’avons rien à voir avec ce qui est arrivé à Litvinenko. Les services secrets russes ne pratiquent plus depuis longtemps l’empoisonnement ou toute forme d’assassinat », a rétorqué lundi le renseignement extérieur (SVR), en charge de l’espionnage à l’étranger. Même démenti du côté du Kremlin. « Nous ne pouvons pas commenter ce qui est arrivé à Litvinenko, et nous ne considérons pas possible de commenter les déclarations accusant le Kremlin car ce n’est rien d’autre qu’une totale absurdité », a déclaré un porte-parole.

Commandité par l’Etat russe ?

Dans un entretien au Times, l’ancien chef espion pour le KGB en Grande-Bretagne avait accusé la Russie d’être responsable de la tentative d’assassinat de l’ex-agent Alexandre Litvinenko, actuellement entre la vie et la mort. « Seul le KGB est capable de faire une telle chose », a estimé Oleg Gordievski, transfuge le plus gradé des services soviétiques en Occident. « Bien sûr que cela a été commandité par l’Etat russe », a asséné. « Alexandre Litvinenko était un ennemi évident. Seul le KGB est capable de faire une telle chose. Le poison était très sophistiqué », explique-t-il, se référant toujours à l’ancien nom des services d’espionnage russe, ancêtre du FSB. Et d’ajouter : « Personne n’aurait osé le faire tout seul ». Une manière d’insinuer que ceux qui ont planifié l’assassinat ont eu besoin de la permission du Kremlin. « Le KGB niera bien-sûr en bloc. Les Russes nient toujours les assassinats commandités », accuse ensuite Oleg Gordievski, qui s’estime également « condamné à mort depuis 21 ans ».

« L’universitaire italien innocent »

L’ancien chef du KGB londonien a même une idée très précise de la personne qui aurait empoisonné Alexandre Litvinenko, placé lundi dans une unité de soins intensifs, après une « légère » détérioration de son état. « L’assassin présumé faisait partie de l’entourage de Boris Berezovski (un ancien oligarque russe en exil en Grande-Bretagne) avant d’être emprisonné à Moscou. Et puis, soudainement, il a été relâché et est devenu en très peu de temps un homme d’affaires millionnaire. Tout cela est très suspect ».

Pour Oleg Gordievski, l’homme s’est rendu à Londres et s’est présenté à Alexandre Litvinenko comme un homme d’affaires et un ami. Il l’aurait rencontré dans un hôtel et aurait alors versé le poison dans son thé. Selon lui, l’universitaire italien Mario Scaramella, vraisemblablement le dernier à avoir rencontré la victime dans un restaurant japonais, ne peut être le coupable. « Pourquoi cet Italien aurait-il fait cela ? Je le connais. C’est un homme respectable et solide. Et Litvinenko ne se sentait déjà pas très bien avant le déjeuner. Il a été empoisonné avant de rencontrer l’Italien », a assuré Oleg Gordievski au Times.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :