samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Technologie > L’UE lance ses "initiatives technologiques conjointes" (...)

L’UE lance ses "initiatives technologiques conjointes" (JTI)

Ariane Beky, NetEco

mardi 21 novembre 2006, sélectionné par Spyworld

logo

L’Union européenne veut harmoniser le financement de la recherche technologique à travers ses "initiatives technologiques conjointes" lancées en 2007.

Les premières "initiatives technologiques conjointes" seront lancées en 2007.

Proposées par la Commission européenne, soutenues par les chefs de gouvernement des Etats membres de l’UE, ces initiatives (JTI – Joint Technology Initiative) basées sur des partenariats ’public/privé’, prendront la forme d’entités juridiques indépendantes.

En théorie, les JTI devraient "encourager les investissements européens dans le domaine de la recherche, permettre d’atteindre des masses critiques en unifiant des projets actuellement fragmentés et assurer une gestion rigoureuse et efficace des programmes."

C’est en tout cas le but des représentants de la Commission, des dirigeants d’entreprises et des chercheurs réunis à Helsinki, Finlande, mardi, lors d’une rencontre consacrée à cette nouvelle méthode de financement de la recherche européenne.

La première JTI, Artemis, dotée d’un budget de 3 milliards d’euros sur sept ans (50% émanant des entreprises) sera lancée début 2007.

Artemis orientera la recherche européenne dans le domaine des systèmes informatiques embarqués, domaine dans lequel les entreprises européennes investissent chaque année entre 15 et 20 milliards d’euros.

La JTI Artemis a d’ores et déjà obtenu le soutien d’une quinzaine de grandes entreprises européennes dont Philips, Nokia, Thales, Daimler Chrysler et ST Microelectronics. Par ailleurs, quatorze gouvernements européens se sont déclarés prêts à rejoindre cette initiative qui reste ouverte à tous les Etats membres et à ses partenaires.

Viviane Reding, commissaire chargée de la société de l’information et des médias, estime que le mouvement est lancé : "Le projet Artemis est la preuve que les principales parties intéressées peuvent collaborer et jeter les bases d’un avenir prospère et compétitif."

Néanmoins, la commissaire avertit : "Si l’Europe veut rattraper ses concurrents et mettre en place une société de l’information qui soit synonyme de croissance et d’emplois, elle doit rapidement prendre d’autres initiatives du même type."

On voit mal aujourd’hui comment l’UE peut atteindre l’objectif fixé à Lisbonne, à savoir : "Devenir l’économie de la connaissance la plus compétitive au monde d’ici à 2010.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :