jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > L’ex-numéro deux de la DGSE entendu

L’ex-numéro deux de la DGSE entendu

Nouvelobs.com

jeudi 23 novembre 2006, sélectionné par Spyworld

logo

L’ancien numéro deux de la DGSE, Michel Lacarrière a été interrogé mercredi dans le cadre de l’affaire Clearstream.

Selon une source proche du dossier, les policiers de la DNIF veulent suivre le "cheminement" Les policiers de la Division nationale des investigations financières (DNIF) en charge de l’enquête sur l’affaire Clearstream ont entendu mercredi l’ancien numéro deux de la DGSE, Michel Lacarrière, a-t-on appris jeudi 23 novembre de source proche du dossier. Michel Lacarrière a été directeur du renseignement de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE, les services secrets français) entre 1989 et 2000, puis commissaire et ensuite directeur de cabinet à la Direction de la surveillance du territoire (DST). Enfin, il devient directeur des Renseignements généraux à la préfecture de police (RGPP) avant de rejoindre en 2004 le conseil de supervision de la société Salamandre, une société de conseil en stratégie dans la sécurité nationale fondée en 1996.

"Michèle Alliot-Marie l’a protégé"

Les policiers de la DNIF avaient interrogé le PDG de cette société, Pierre Sellier, le 30 octobre au sujet de l’affaire Clearstream. Les locaux de la société avaient été perquisitionnés le 12 octobre.

Une note de Pierre Sellier avait été retrouvée au domicile de Philippe Rondot, témoin clé dans cette affaire, et intitulée "Synthèse des entretiens première quinzaine de mai 2005 - Résumé de verbatim IMALA", raccourci d’Imad Lahoud, ex-directeur scientifique chez EADS et mis en examen dans cette affaire. Pierre Sellier a écrit dans sa synthèse qu’"IMALA lui a dit avoir manipulé Denis Robert", qu’"IMALA se dit couvert par Alain Juillet (haut responsable de l’intelligence économique auprès du gouvernement, ndlr) dont il se réclame", qu’il "répète que +MAM (Michèle Alliot-Marie, ndlr) l’a protégé+" et qu’enfin le "cabinet de Villepin" le "soutiendrait". Les policiers de la DNIF s’intéressent aujourd’hui au "cheminement" de cette note que Pierre Lacarrière a transmis à Jean-François Clair, le directeur adjoint de la DST.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :