vendredi 15 décembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Algérie - Armes biologiques : Création d’unités de détection (...)

Algérie - Armes biologiques : Création d’unités de détection précoce

M. Abi, Algerie-monde.com

dimanche 26 novembre 2006, sélectionné par Spynews

logo

L’Algérie envisage de se doter d’unités nationales et régionales de détection précoce d’agents bactériologiques pouvant entrer dans la fabrication d’armes biologiques. L’information vient d’un responsable d’Interpol en Algérie qui ajoute que cette mesure entre dans le cadre de l’« application de la convention portant sur l’interdiction de la fabrication et de la prolifération d’armes biologiques ».

D’autres mesures seront, selon Interpol, prises par l’Algérie dans le cadre de cette convention, dont le renforcement des mesures de contrôle dans des laboratoires pour s’assurer que des agents bactériologiques ne soient pas transférés vers des destinataires autres que celles programmées, ainsi que la création de laboratoires de référence spécialisés.

Les mesures prises aux frontières seront renforcées pour lutter con-tre tout éventuel trafic illicite d’agents bactériologiques pouvant être utilisés dans la fabrication d’armes biologiques. Interpol, qui se félicite de la prise de certaines mesures par le gouvernement algérien dans le cadre de la lutte contre la prolifération d’armes biologiques, annonce que l’Algérie n’a non seulement essayé d’appliquer des mesures dans ce cadre au plan interne mais a, également, fourni des efforts importants favorisant l’application de cette convention au plan universel.

L’Algérie s’est, notamment depuis la ratification de la convention interdisant la prolifération d’armes biologiques, mise à adapter ses législations internes à celles internationales interdisant le trafic illicite d’agents bactériologiques. Il s’agit de renforcer des législations déjà existantes et interdisant ces trafics. L’Algérie qui s’est engagée à ne pas favoriser la prolifération de ces armes, ne pas en produire et ne pas stocker des agents toxines, bactériologiques et biologiques, sauf à des buts légaux et pacifiques.

L’Algérie qui a ratifié l’ensemble des conventions internationales visant à empêcher la prolifération d’armes à destruction massive participe, de façon efficace, à favoriser l’application de ces conventions au plan universel renforcera ses moyens matériels pour mieux suivre le cheminement de ces agents bactériologiques et empêcher, par là, qu’ils ne tombent entre les mains de personnes ou parties qui voudraient les utiliser dans le but de fabriquer des armes biologiques et empêcher, également, leurs transferts illégaux vers l’étranger. Des mesures qui visent à faire face à toute éventualité.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :