jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > L’ex-espion Litvinenko a donné une série d’interviews avant sa (...)

L’ex-espion Litvinenko a donné une série d’interviews avant sa mort, expliquant comment il recrutait des tueurs

AP

dimanche 26 novembre 2006, sélectionné par Spyworld

logo

L’ex-espion russe Alexandre Litvinenko, mort jeudi à Londres empoisonné par une substance radioactive, a donné quelques mois avant son décès une série d’interviews à des universitaires britanniques, expliquant notamment comment il avait été chargé de recruter des tueurs pour éliminer les opposants au Kremlin.

James Heartfield et Julia Svetlichnaja, de l’Université de Westminster, ont eu au total quelque six heures d’entretiens avec Litvinenko, lors de trois rencontres en avril et mai 2006. Le quotidien londonien "The Daily Telegraph" en a publié samedi des extraits.

Les interviews enregistrées ont été réalisées en russe et traduites en anglais par Julia Svetlichnaja. Le principal sujet de ces entretiens était la Tchétchénie, mais les questions du renseignement ont été abordées. De nombreux points restent sans réponses, concernant en particulier les ordres transmis à Litvinenko et leur calendrier.

Ancien agent du KGB puis du FSB (Service de sécurité fédéral, successeur du KGB), Alexandre Litvinenko était devenu un virulent détracteur du président russe Vladimir Poutine et avait obtenu l’asile politique en Grande-Bretagne, en 2000.

L’ex-espion, qui était âgé de 43 ans, avait été recruté au temps du KGB, sous l’ère soviétique. Il a par la suite été promu dans une service spécialisé dans la lutte contre le terrorisme et le crime organisé. Après l’effondrement de l’URSS en décembre 1991, il dit avoir reçu pour instructions de recruter de riches hommes d’affaires, pour stimuler la croissance économique, mais aussi des tueurs.

"Si quelqu’un était la victime d’un crime, par exemple si sa fille était violée, vous lui proposiez de le venger", explique-t-il, cité par les universitaires. "Voila comment nous recrutions des tueurs".

"Notre département travaillait selon ce qu’on appelait le principe du problème - le gouvernement avait un problème et nous devions simplement le traiter", poursuit-il. Aucune autre précision n’est fournie, notamment sur le fait de savoir si l’ex-espion a obéi à tous les ordres, et lesquels. On ignore également quand ces ordres lui ont été signifiés.

Selon les universitaires, Litvinenko dit par exemple avoir reçu l’ordre d’exécuter Mikhail Trepachkin, un autre agent qui s’était exprimé sur les activités du FSB. On lui a demandé, une autre fois, d’enlever un important homme d’affaires tchétchène à Moscou, pour l’échanger contre des officiers du FSB retenus en otage par des tchétchènes.

Son département était aussi responsable d"’exécutions extrajudiciaires d’hommes d’affaires, hommes politiques et autres personnalités publiques" gênantes. Parallèlement, le service "faisait chanter les mêmes cibles pour obtenir des fonds".

Dans un livre publié en 2003, l’ex-espion avait également accusé des agents du FSB d’être derrière des attentats à la bombe qui avaient fait plus de 300 morts en Russie en 1999. Ces actes terroristes, imputés aux indépendantistes tchétchènes, avaient déclenché la deuxième guerre de Tchétchénie.

Sur Internet http://www.telegraph.co.uk


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :