dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > La presse priée de respecter l’anonymat des espions français

La presse priée de respecter l’anonymat des espions français

Jean-Dominique Merchet, Libération

mardi 28 novembre 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Silence dans les rangs ! Il est désormais interdit à la presse de révéler l’identité des membres des forces spéciales et des services de renseignements français, sous peine d’une amende de 15 000 euros. Un arrêté du 15 septembre 2006, publié au Journal officiel du 4 octobre, garantit l’anonymat, « pour des raisons de sécurité », des personnels civils et militaires ­ à l’exception des cadres dirigeants ­ de toute une série d’unités, comme la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), la Direction du renseignement militaire (DRM), le Commandement des opérations spéciales (COS) ou le Groupement de sécurité et d’intervention de la gendarmerie nationale (GSIGN). Cet arrêté est l’extension d’un texte de 1995 qui garantissait déjà l’anonymat des gendarmes du GIGN, dont les familles avaient été l’objet de menaces à la suite de l’assaut de l’Airbus d’Air France à Marignane.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :