mardi 24 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > L’ambassade canadienne accusée d’espionnage

L’ambassade canadienne accusée d’espionnage

Radio-Canada.ca

mercredi 29 novembre 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Une nouvelle crise diplomatique opposant le Canada et l’Iran se dessine.

Le Parlement iranien, le Majlis, aurait décidé d’ouvrir une enquête sur de présumées activités d’espionnage menées par l’ambassade canadienne à Téhéran.

Le député Javad Arian-Manesh a déclaré au quotidien réformateur Etemad que le ministre des Renseignements de sécurité, Gholam Hossein Mohseni Ejeie, sera convoqué au parlement à cet effet. L’enquête est déjà appuyée par de nombreux députés iraniens.

« S’il est prouvé qu’il y a des activités d’espionnage, les députés sont déterminés à fermer l’ambassade du Canada comme le second nid d’espions », a soutenu Arian-Manesh, reprenant un terme utilisé jusqu’ici pour désigner l’ex-ambassade américaine, fermée après la crise des otages de 1979.

Les relations irano-canadiennes se sont détériorées à la suite de la mort en prison de la photojournaliste Zahra Kazemi en 2003.

La semaine dernière encore, une résolution présentée par le Canada au sujet des violations des droits de la personne en Iran a été adoptée par une instance de l’Assemblée générale des Nations unies.

La résolution somme l’Iran « de prendre des mesures pour la promotion et la protection des droits de l’homme, en particulier d’éliminer le recours à la torture ainsi que toutes les formes de discrimination et de violence à l’égard des femmes et des filles et d’abolir les exécutions publiques ».

Furieux de cette initiative, le ministre des Affaires étrangères de la République islamique, Manouchehr Mottaki a dépeint le Canada comme étant un agent de Londres et de Washington. Il a aussi affirmé qu’Ottawa soutient les « crimes américains et sionistes » au Proche-Orient.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :