jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Reprise du dialogue de défense sino-japonais sur fond de crise (...)

Reprise du dialogue de défense sino-japonais sur fond de crise nord-coréenne

AFP

mercredi 29 novembre 2006, sélectionné par Spyworld

Le chef japonais de la Défense, Fumio Kyuma, et un haut gradé chinois ont repris mercredi à Tokyo, après trois ans d’interruption, le dialogue bilatéral en matière de défense, sur fond de crise nucléaire nord-coréenne, a-t-on appris de source officielle.

La reprise des discussions s’inscrit dans le cadre d’un net réchauffement des relations entre les deux géants asiatiques qui s’étaient considérablement dégradées sous le précédent gouvernement de Junichiro Koizumi.

Le général Zhang Qinsheng, chef d’état-major adjoint de l’Armée populaire de libération chinoise, a rendu une visite de courtoisie à M. Kyuma, a indiqué un porte-parole du ministère japonais de la Défense. Il a également eu un entretien de travail avec son homologue japonais Takemasa Moriya.

C’est la première fois depuis septembre 2003 qu’un haut responsable militaire chinois a rencontré le chef japonais de la Défense. Auparavant, le dialogue de défense se déroulait chaque année au niveau de groupes de travail.

Les deux parties ont évoqué les tirs de missiles nord-coréens du mois de juillet et la crise nucléaire.

Elles sont également convenues d’accroître les échanges bilatéraux de défense, de contribuer à la mise en place d’un téléphone rouge entre les deux capitales pour discuter des affaires militaires et de favoriser des visites réciproques des navires de guerre, selon une source officielle nippone.

"La rencontre a été franche, amicale et de nature dynamique. Stratégique, elle s’est attachée aussi aux problèmes à long terme", a déclaré le général chinois, cité par une responsable nippon qui a assisté aux entretiens.

Arrivé au Japon mardi, le général Zhang doit visiter jeudi une école de cadets dans la préfecture de Shizuoka, à l’ouest de Tokyo.

Les questions de défense sont un des principaux sujets de friction entre le Japon et la Chine.

Le Japon, tout comme son allié américain, a appelé la Chine à davantage de transparence sur ses dépenses militaires et s’oppose à la levée d’un embargo européen sur la vente d’armes à Pékin.

Alliée traditionnelle de la Corée du Nord, la Chine est considérée comme le pays ayant le plus d’influence sur le régime communiste, principal souci du Japon voisin depuis l’essai nucléaire du 9 octobre.

L’actuel Premier ministre nippon Shinzo Abe a fait de l’amélioration des relations avec la Chine l’une des priorités de sa politique étrangère.

"Bien des choses ont commencé à bouger. Nous nous en félicitons. Il est extrêmement important que le Japon et la Chine échangent leurs points de vue à tous les niveaux afin de communiquer", a souligné le porte-parole de M. Abe.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :