jeudi 14 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > « Hampel » est réellement un espion, assure un agent du SCRS

« Hampel » est réellement un espion, assure un agent du SCRS

Presse Canadienne

mercredi 29 novembre 2006, sélectionné par Spyworld

logo

Un agent du Service canadien du renseignement de sécurité a affirmé catégoriquement, mardi, qu’il y a de bonnes raisons de croire que l’homme arrêté à l’aéroport international de Montréal est un espion russe.

Cet agent, surnommé Anthony parce que sa véritable identité est secret d’État, n’en a guère dit plus. Il témoignait en Cour fédérale à l’audience sur le certificat de sécurité émis pour justifier la détention de l’homme qui dit s’appeler Paul William Hampel.

Selon le SCRS, l’homme qui a été arrêté le 14 novembre à l’aéroport Pierre-Elliot-Trudeau avait sur lui un faux certificat de naissance ontarien, un passeport canadien et l’équivalent de 7800 $ en cinq devises différentes.

S’il est confirmé, le certificat de sécurité, une procédure rarement utilisée, permet aux autorités fédérales d’expulser un non-citoyen considéré comme un danger pour la sécurité nationale.

L’autre témoin entendu mardi était un enquêteur du gouvernement ontarien, qui a affirmé qu’il n’y a aucune preuve de l’existence de Hampel dans les bases de données provinciales sur les naissances et les décès. « Cela signifie que nous n’avons aucune inscription faisant état de la naissance de Paul William Hampel en Ontario. Il n’existe pas », a déclaré Dale Hopkins, enquêteur principal pour le Bureau du registraire général de l’Ontario.

Il a reconnu que le document trouvé en possession de Hampel ressemble aux certificats de naissance émis par la province en 1971, l’année où Hampel est supposé être né. « L’information sur le document, et le numéro d’inscription n’existent pas, a-t-il ajouté. C’est un faux. »

Commentant l’histoire de l’espionnage russe depuis 1989, l’agent du SCRS a déclaré que l’un des successeurs du KGB, le Sluzhba Vneshney Razvedki, emploie des espions pour recueillir des secrets économiques, politiques, militaires et autres à l’étranger, au profit de la Russie. Il a ajouté que les membres du SVR sont habituellement âgés de la mi-vingtaine à la mi-trentaine, en bonne forme physique et instruits. Une fois formés et implantés, ils sont considérés comme des « officiers d’élite ».

Il a dit ignorer combien d’agents du SVR seraient actifs au Canada. Selon lui, ces agents à l’étranger se dotent habituellement d’un passé fictif élaboré à l’aide notamment de faux documents, y inclus de faux certificats de naissance.

L’audience a été reportée au 12 décembre, pour donner le temps aux avocats de Hampel de préparer leur cause.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :