vendredi 20 octobre 2017

Accueil du site > Technologie > France 24 : lancement réussi ... sur le Web

France 24 : lancement réussi ... sur le Web

Isabelle Nataf, Jean-Michel Maire, le Figaro

jeudi 7 décembre 2006, sélectionné par Spyworld

logo

La chaîne française d’information internationale en continu sur les rails.

FRANCE 24 a réussi son lancement, hier soir, à la seconde pile du compte à rebours, par un simple basculement de manette en régie de son président, Alain de Pouzilhac, depuis les studios d’Issy-les-Moulineaux, dans la banlieue de Paris. Un geste pas franchement innovant, mais une image symbolique en guise de cadeau de naissance : une courte interview de Jacques Chirac, venu visiter les locaux quelques heures plus tôt sous la menace de plusieurs centaines d’intermittents du spectacle. Le président de la République, accompagné par celui de France Télévisions, Patrick de Carolis, et par celui de TF1, Patrick Le Lay, a jugé « indispensable qu’un grand pays comme la France puisse avoir son regard sur le monde et diffuser ce regard ». Interrogé sur l’impartialité de la chaîne, le président de la République a assuré que, « s’il y avait le moindre souci, ce serait la certitude de l’échec » car « elle ne serait pas crédible ».

Diffusé exclusivement sur Internet hier, avant la véritable mise sur orbite, ce soir à 20 h 30, sur le câble et le satellite, France 24 n’a pas connu de bugs notables, si ce n’est quelques ralentissements dans le flux des images dus au grand nombre de connectés. Et ce sont deux jolies jeunes femmes qui ont ouvert le bal, une blonde pour la version française et une métisse pour la version anglophone. Deux flashs de pareille longueur, 15 minutes, dont les premiers titres furent l’Irak et un sujet sur le rapport Baker, critiquant la politique de George Bush en Irak, puis le Liban et le Tchad. À noter le challenge des correspondants à l’étranger, comme hier soir celui de Beyrouth, obligé de faire son reportage en français puis le même, quelques minutes plus tard, dans la langue de Shakespeare... Une météo, forcément mondiale, mais pas très « lisible », puis quelques publicités (pour des marques françaises mais dans les deux langues), ont bouclé ce premier exercice, ponctué de longs applaudissements.

Sylvain Attal a ensuite présenté un « clip » de présentation de la chaîne, un clip très riche en images, preuve du très grand nombre d’émissions à blanc qui ont été réalisées dans les mois précédents le jour J afin de limiter au maximum les risques de ratages. Ratages qui auraient fait mauvais genre du côté du du jardin des Tuileries, où une immense tente pyramidale en toit cristal avait été dressée afin d’accueillir les 3 000 invités, dont beaucoup d’hommes politiques au premier rang desquels figuraient le premier ministre, Dominique de Villepin, le ministre des Affaires étrangères, Philippe Douste-Blazy, et Renaud Donnedieu de Vabres (Culture et Communication).

Des écrans géants avaient été installés sur la place de la Concorde pour diffuser les premières émissions de la chaîne, dont le logo était projeté sur le fronton de l’Assemblée nationale, éclairée en bleu, et du Musée de la Marine. « L’Assemblée nationale aux couleurs de France 24 est un symbole fort témoignant de la volonté de la représentation nationale de s’associer à cette chaîne qui va donner le regard de la France à l’étranger », a souligné son président, Jean-Louis Debré.

Alain de Pouzilhac a de son côté souligné les trois valeurs que la chaîne française compte véhiculer : « diversité, sens du débat et art de vivre ». « Ce qui arrive ce soir est formidable ! », a-t-il lancé devant les invités. Champagne et petits-fours pouvaient circuler.

JPEG - 31.4 ko

(Reuters/C.Platiau)


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :