samedi 16 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Colère à Gaza après l’assassinat de trois enfants d’un chef du (...)

Colère à Gaza après l’assassinat de trois enfants d’un chef du renseignement palestinien

Le Monde, avec AFP

lundi 11 décembre 2006, sélectionné par Spyworld

Salam, 6 ans, Ahmad, 7 ans, et Oussama, 9 ans, fils de Bahaa Baaloucha, colonel du service des renseignements palestiniens fidèle au parti du Fatah, ont été enterrés, lundi 11 décembre, au cimetière des martyrs, à Gaza, après avoir été assassinés dans la matinée par des hommes armés. Des milliers de Palestiniens en colère ont assisté à leurs funérailles.

En recevant les condoléances, le colonel Baaloucha, littéralement cerné de gardes du corps, a affirmé que l’attaque "est liée à des parties qui veulent l’échec de la présidence palestinienne et de son service de renseignements". "Je ne pense pas que cela restera impuni", a indiqué cet ancien enquêteur en chef des renseignements, considéré comme l’une des bêtes noires du mouvement islamiste Hamas, qui dirige le gouvernement depuis mars. Il a lui-même échappé à une tentative d’assassinat il y a quelques mois. Une source sécuritaire a estimé que c’est le colonel Baaloucha qui était visé par l’attaque, mais il est également possible que, faute de pouvoir l’atteindre, ses adversaires aient volontairement pris pour cible ses enfants.

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a vivement condamné cette attaque. "C’est un crime atroce commis contre des enfants de notre peuple", a-t-il déclaré depuis Ramallah, en Cisjordanie. "J’ai demandé au ministre de l’intérieur de faire arrêter au plus vite les assaillants", a-t-il ajouté. Pour le moment, personne n’a revendiqué ce crime, mais le groupe parlementaire du Fatah, le parti de M. Abbas, a fait porter la responsabilité au gouvernement issu du Hamas et appelé à son limogeage. "Nous appelons le président Abbas à limoger ce gouvernement impuissant et incapable et dont la politique nous conduit vers les affres de la guerre civile", a affirmé le groupe dans un communiqué. Le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, a pour sa part dénoncé des meurtres commis selon lui "par des ennemis du peuple palestinien".

ATTENTAT CONTRE LE MINISTRE DE L’INTÉRIEUR

Le colonel Baaloucha se trouvait à son domicile quand des hommes masqués, qui ont réussi à prendre la fuite, ont tiré plus de soixante balles sur le véhicule où se trouvaient ses trois fils, dans le quartier Rimal de la ville de Gaza. Le chauffeur qui les conduisait à l’école est également mort. Un garde du corps, qui se trouvait à bord de la voiture, a été blessé, et au moins deux autres enfants, qui se trouvaient à proximité de la voiture, ont également été blessés, selon les sources médicales.

Des inconnus avaient, la veille, tiré sur la voiture du ministre de l’intérieur palestinien issu du Hamas, Saïd Siam, sans faire de blessé. Des affrontements souvent meurtriers ont opposé ces derniers mois, dans la bande de Gaza, des militants du Hamas à des militants du Fatah, sur fond d’impasse politique et de grave crise financière. La tension est montée d’un cran ces derniers jours, après que le comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) a recommandé samedi à M. Abbas de convoquer des élections présidentielle et législatives anticipées.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :