lundi 23 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > La DGA et ASTRIUM réalisent pour la première fois au monde des liaisons (...)

La DGA et ASTRIUM réalisent pour la première fois au monde des liaisons laser entre un satellite géostationnaire et un avion

DGA, Ministère de la Défense

mercredi 13 décembre 2006, sélectionné par Spyworld

logo

La DGA et Astrium réalisent pour la première fois au monde des liaisons laser entre un satellite géostationnaire et un avion.

Astrium pour le compte de la délégation générale pour l’armement (DGA) vient de réaliser début décembre 2006, six liaisons optiques bidirectionnelles entre un Mystère 20 du centre d’essais en vol d’Istres (DGA) et le satellite géostationnaire Artemis. Ces essais ont été effectués dans le cadre du programme d’études amont de Liaison optique laser aéroportée (Lola) mené par la DGA. Ils ont pour objectif de démontrer la faisabilité d’une liaison optique entre un porteur aéroporté et un satellite géostationnaire. Ces liaisons laser aéroportées de 40 000 km effectuées lors de deux vols à 6 000 et 10 000 mètres constituent une première mondiale.

L’établissement de la liaison est assuré en moins d’une seconde (trajet aller retour de la lumière compris) et la précision de pointage est de l’ordre de 0,5 microradian. Le débit de la liaison laser entre l’avion et le satellite est actuellement de 50 Mbits/s. La consommation des terminaux optiques est de 100W. Au total, les performances de Lola sont plus de 15 fois supérieures à celles obtenues en radiofréquence à partir des terminaux embarqués sur drone.

Au-delà de ces performances en transmission, le faisceau optique présente la particularité inégalée d’être absolument discret et extrêmement difficile à brouiller, des qualités qui procurent un avantage considérable aux forces déployées sur un théâtre d’opération.

Cette première mondiale associe l’ensemble des experts de la DGA à Istres et d’Astrium à Toulouse, les sociétés Cilas et Boostec, ainsi que l’Onera et Supaéro. En outre, la coordination entre les différents acteurs européens tels que l’Agence spatiale européenne à Redu (Belgique) et l’opérateur d’Artemis (Italie) a permis le succès de ces essais en vol.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :