lundi 16 octobre 2017

Accueil du site > Technologie > Barracuda... Le nouveau sous-marin nucléaire d’attaque de haute (...)

Barracuda... Le nouveau sous-marin nucléaire d’attaque de haute technologie

Armees.com

samedi 30 décembre 2006, sélectionné par Spynews

logo

Le sous-marin nucléaire d’attaque de nouvelle génération (SNA) Barracuda est une composante majeure des forces de projection pour la Marine nationale. Concentré de technologie, la conception, le développement et la réalisation de ce produit mettent en œuvre l’ensemble des compétences de DCN en matière de sous-marins.

Principal industriel européen à réaliser des navires d’une telle complexité et disposant de l’outil industriel adapté, DCN fait appel à son expérience en matière de conception et de réalisation de sous-marins nucléaires lanceur d’engins (SNLE) pour concevoir ce produit qui bénéficiera de ses dernières avancées en terme de discrétion acoustique et système de propulsion. C’est un sous-marin à très haut niveau de furtivité et vulnérabilité face à tout type de menace sur les mers et les océans lui permettant de posséder l’avantage tactique.

I. Une pièce maîtresse de la marine du futur

A/ Les SNA, élément de la force de dissuasion française

Les sous-marins nucléaires d’attaque permettent à la France de disposer de l’autonomie stratégique nécessaire pour garantir la sûreté de mise en œuvre des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins de la force de dissuasion, ainsi que pour faire respecter sa liberté d’action océanique en occupant l’espace sous-marin grâce à la mobilité de ces bâtiments.

Le sous-marin Barracuda fournira à la Marine Nationale un puissant atout pour la maîtrise des espaces maritimes et la projection de puissance. En effet, ses missions englobent la stratégie de prévention par le contrôle des espaces maritimes et la surveillance ou l’interdiction de zones, la projection de puissance avec la capacité de mise en œuvre de missiles de croisière navals, la protection de forces navales, notamment en accompagnement du PA Charles de Gaulle, et la sûreté des SNLE. Le sous-marin Barracuda pourra également assurer des missions complémentaires comme le recueil de renseignements, les opérations spéciales par la mise en œuvre de commandos et de nageurs de combat ou le mouillage de mines, la lutte anti-surface et anti-sous-marine, la lutte anti-terre et l’interopérabilité pour lesquelles des hautes performances technologiques sont requises.

Pour sa mission de lutte sous-marine, Barracuda offrira une vitesse d’écoute élevée et de très bonnes caractéristiques de mobilité et de discrétion. Adapté à la gestion de crise, il dispose d’une excellente capacité à communiquer discrètement. Pour sa mission de projection et de puissance, pour laquelle sa furtivité lui permet d’atteindre et de quitter sa posture de tir en toute discrétion, il dispose d’une importante capacité d’emport d’armes avec notamment le missile de croisière Scalp Naval.

B/ Évolution et disponibilité à la mer

L’intervalle entre deux Indisponibilités Périodiques pour Entretien et Réparation (IPER) est porté de 7 à 10 ans, avec une seule Indisponibilité pour Entretien (IE) par an. Le Barracuda aura donc la capacité de naviguer 240 jours par an. Fort de son retour d’expérience sur la conception des SNA actuels et leur maintien en condition opérationnelle, DCN a intégré la « maintenabilité » du Barracuda dès la phase de conception ; notamment, l’accessibilité a été analysée pour les tâches de maintenance dimensionnantes. Le Barracuda a également été conçu afin de recevoir tout au long de sa vie des évolutions.

C/ Équipage réduit

Le sous-marins Barracuda a été conçu pour être conduit par 60 membres d’équipage contre 70 pour les SNA de type Rubis version Amethyste.

Disposant d’un réseau unique de distribution des informations (exception faite des commandes sécuritaires) et d’une conduite fortement automatisée, la zone arrière du bâtiment (chaufferie et propulsion) sera « non armée ». Il prend en compte le facteur humain et les exigences de santé et de sécurité au travail, que ce soit en mer ou durant les périodes d’entretien.

II. Un sous marin nucléaire d’attaque de nouvelle génération

De dimensions plus réduites que les sous-marins nucléaires occidentaux actuellement en développement comme le Virginia ou l’Astute, le Barracuda intègrera les dernières avancées technologiques des SNLE type Le Triomphant et des sous-marins conventionnels de type Scorpène.

Le Sous-marin défini est un produit cohérent répondant au juste besoin des Forces Armées ; ce sera un bâtiment homogène et complet non seulement par ses performances opérationnelles d’ensemble, mais aussi par sa discrétion acoustique et son système de propulsion hybride.

A/ Caractéristiques techniques générales :

- Déplacement : Ds = 4765t
- Longueur : 99 m
- Vitesse : > 25nds
- Chaufferie : Dérivée de la chaufferie K15 des SNLE
- Propulsion : Hybride « vapeur-électrique »
- Armes : Missile de croisière naval, future torpille lourde, missile anti-navire SM39, mines, etc.
- Équipage 60 membres d’équipage + 15 passagers

B/ Système de combat et armement

Il sera doté du SYCOBS (système de combat commun Barracuda/SNLE NG) pour les sous-systèmes Combat Management System (CMS) et Détection sous-marine (DSM). L’ensemble du système de combat pourra être homologué par l’OTAN.

Le local Armes est conçu suivant la norme ATEX, lui permettant d’accueillir les armes, en particulier le Missile de Croisière Naval (MDCN) dans les meilleures conditions de sûreté. Il dispose d’une capacité d’emport importante de 20 armes.

Enfin, le Barracuda sera le premier sous-marin français sur lequel les mâts pénétrants seront supprimés, permettant d’optimiser la position du massif.

C/ La propulsion hybride vapeur/électrique

La technologie de la propulsion hybride « vapeur-électrique » employée par DCN sur le programme Barracuda permet l’utilisation d’un cœur nucléaire de durée de vie de 10 ans.

La propulsion s’appuiera sur un seul collecteur vapeur, avec cependant une grande redondance des modes propulsifs, assurant à la fois l’économie du cœur, une vitesse tactique silencieuse élevée et une sécurité accrue. D’autre part, les barres de plongée et de direction seront disposées en « X », améliorant sa manoeuvrabilité.

D/ La sécurité

Pour la première fois dans un programme de navire nucléaire, la sûreté nucléaire a été prise en compte très en amont dans la conception du Barracuda. Le Rapport Préliminaire de Sûreté a été rédigé et instruit en préalable à la décision de lancement en réalisation. Il a été effectué sur la base d’Objectifs Généraux de Sûreté plus ambitieux que sur les navires précédents et en appliquant une nouvelle méthodologie plus exigeante en terme de démonstration dans un souci d’amélioration constant de la sûreté. L’application de normes civiles et la recherche de la certification associée ont été systématiquement privilégiées.

Ces innovations font du Barracuda un sous-marin sûr, conforme aux normes en vigueur qui pourra naviguer sans restriction opérationnelle et dans des conditions extrêmes.

III. Une organisation industrielle opérationnelle

L’ensemble des sites de DCN est impliqué dans ce programme. Les principales entités concernées sont pour la phase de construction : DCN Cherbourg, DCN Propulsion et DCN Ingénierie puis DCN Équipements navals et DCN CMS. Le périmètre d’activité concerné est conséquent : le développement, l’industrialisation, la logistique, la production de six sous-marins et le MCO. Le rythme de construction, aujourd’hui prévu, est de un sous-marin tous les deux ans.

A/ Un programme en co-traitance

Afin de mener à bien ce programme dans le respect des délais, des coûts et de la qualité, la maîtrise d’ouvrage est organisée conjointement entre la DGA et le CEA. DCN et AREVA TA (ex Technicatome) travaillent en co-traitance, formant un Groupement Momentané d’Entreprises (GME) dont DCN est le mandataire.

Pour ce projet, DCN assure le rôle de maître d’œuvre du navire armé et de mandataire de la co-traitance DCN-AREVA TA, la responsabilité d’Architecte d’Ensemble, la coordination des études de sûreté nucléaire, la maîtrise d’œuvre des systèmes (plateforme, propulsion, système de combat et de soutien) et la maîtrise d’œuvre du MCO du Navire Armé.

AREVA TA assure le rôle de Maître d’œuvre de la chaufferie nucléaire. La maîtrise du MCO Chaufferie est réalisée par un GME particulier DCN-AREVA TA.

B/ DCN en tant que maître d’œuvre du navire

En tant que maître d’œuvre d’ensemble intégrateur, DCN fait traditionnellement appel à de nombreux fournisseurs pour collaborer à la conception et la construction de ses bâtiments. Pour le Barracuda, DCN a établi un plan d’acquisition du sous-marin avec une volonté d’ouverture vers de nouveaux partenaires et de nouvelles solutions techniques. Ce plan privilégie également une logique industrielle responsabilisant les fournisseurs de façon plus importante : périmètres plus larges, responsabilités jusqu’aux essais à la mer... Des contacts très étroits sont déjà établis avec plus de 100 fournisseurs majeurs, chacun ayant pour objectif de réussir le meilleur compromis entre le prix, la performance et les risques du projet. Tout en garantissant le meilleur niveau de qualité.

DCN en tant que maître d’œuvre du navire doit maîtriser les interfaces externes du navire, lesquelles sont nombreuses :

- avec les infrastructures à terre des ports de construction et d’entretien (Cherbourg, Brest et Toulon),

- avec les maîtres d’œuvre des armes : future torpille lourde, missile de croisière naval, missile anti-navires, mines FG29,

- avec le réacteur d’essai à terre (RES),

- avec les systèmes d’information et de commandement : Syracuse, RIFAN, MUSE, PR4G, OMAR HF, SIC 21, PRISME, SENIN et CASSIS,

- avec le NSRS (sous-marin de sauvetage de l’OTAN).

C/Tous les sites de DCN concernés par le projet BARRACUDA

Le projet Barracuda fait intervenir tous les sites et business unit de DCN intégrant ainsi les différents domaines de compétences des établissements du Groupe :

DCN Ingénierie assure l’architecture d’ensemble du Navire Armé tout en étant garant des grands équilibres du projet ainsi que de la sécurité plongée et de la sécurité nucléaire du bâtiment. DCN Ingénierie est également responsable de la conception de la coque du sous-marin (calcul de structure et des formes hydrauliques) des nombreuses installations de plate-forme, et conduit l’intégration du Système de Combat, du Système de Supervision, de l’Appareil Propulsif et de la Chaufferie Nucléaire. Par ailleurs, DCN Ingénierie prend en charge la préparation puis la réalisation des essais, dans une démarche de qualité globale.

DCN Cherbourg réalise la coque résistante, ainsi que les études et la réalisation d’un grand nombre de matériels "spécifiques sous-marins" ou ayant trait à la Sécurité-Plongée, puis assure l’industrialisation, le montage et l’intégration de l’ensemble des équipements et systèmes du bâtiment, et conduit l’achèvement. Il est également responsable du développement des technologies nouvelles (acier de coque, circuit d’eau de mer, matériaux composites « discrets », tuyauteries et câbles flexibles, …). Cet établissement a également la responsabilité de l’adaptation des infrastructures étatiques du site de Cherbourg au BARRACUDA.

DCN Propulsion assure la maîtrise d’œuvre de l’appareil moteur (études, réalisation et essai d’un prototype, réalisation et montage de l’appareil moteur), comprenant en particulier le réducteur, les turbines de propulsion, les turbo-alternateurs, la ligne d’arbre. DCN Propulsion est également responsable de la réalisation de la majeure partie des composants principaux de la Chaufferie Nucléaire (cuve, générateur de vapeur, etc.) et du montage de ce module.

DCN Lorient est responsable de la confection d’éléments en matériaux composites (ponts extérieurs, carénages…).

DCN Équipements Navals est un contributeur majeur au projet : étude et réalisation des équipements mécaniques, des systèmes de stockage et lancement des armes tactiques (tubes lance-torpilles et manutentions d’armes), des systèmes de hissage des aériens, réalisation de la ligne d’arbre. Cet établissement étudie et réalise les différentes Plateformes d’Entraînement des équipages. Il pilote également la remise à hauteur et l’exploitation de la plateforme d’essais du Canier.

CMS assure, au bénéfice de DCN Ingénierie, maître d’œuvre du Système de Combat, le développement et la réalisation des logiciels du "Combat Management Systèm" et du réseau "Distribution des Informations Numériques du Navire Armé" (DINNA).

BU ASM assurera le développement et la production de la Future Torpille Lourde qui sera un des quatre types d’arme lancés par le Barracuda.

DCN Services Brest et Toulon interviennent pour la définition et la réalisation du Maintien en Condition Opérationnelle des trois premiers sous-marins Barracuda.

DCN LOG défini et met en place le Soutien Logistique Intégré associé à ce projet en coordination avec DCN Ingénierie et DCN Services Brest et Toulon.

D/ Grandes étapes du projet

Le programme se déroule en 5 grandes phases :

- la phase de faisabilité ;
- la phase de définition ;
- la phase de développement, de qualification et d’industrialisation : elle sera couverte par le contrat du stade de réalisation et d’utilisation (SRU) ;
- la phase de production des sous marins avec la logistique associée ;
- la phase d’utilisation avec maintien en condition.

La durée totale de construction d’un sous-marin est de 120 mois. La prise en compte des contraintes de production a orienté la conception vers un navire modulaire, permettant un pré équipement important des différentes sections du sous-marin. Le rythme de livraison sera d’un sous-marin tous les 24 mois.

Les grandes étapes de la construction sont les suivantes :

- fabrication des éléments de coque de T0+8 mois à T0+63 mois,
- premiers équipements de coque à partir de T0+48 mois,
- embarquement du module chaufferie à T0+65 mois,
- fermeture du bateau à T0+89 mois,
- première sortie à la mer à T0+108 mois,
- réception du sous-marin à T0+120 mois.


ANNEXE 1 : DCN, groupe leader du naval militaire européen

1. Fiche d’identité

Président Directeur Général : Jean-Marie Poimbœuf Statut : SA au capital de 563 000 000 € Siège social : 2, rue Sextius-Michel – 75 732 Paris cedex 15

2. Les métiers de DCN

La maîtrise de la totalité de la chaîne s’articule autour de quatre grands types de compétences et de savoir-faire.

a/ L’ingénierie et la conception du navire armé

DCN assure la réalisation des navires dans leur ensemble. La conception des navires qui englobe tant celle des plates-formes propulsées que celle des systèmes de combat qui y sont intégrés peut être conduit soit en coopération, soit par DCN.

b/ La maîtrise des chantiers d’assemblage et d’intégration

Le groupe apporte de nombreuses innovations dans le secteur de la construction navale, telle que la construction de bâtiments de surface en anneaux pré armés ou par section pour les sous-marins.

c/ La conception et l’intégration de systèmes et d’équipements

DCN assure l’intégration de tous les systèmes permettant le fonctionnement opérationnel d’un navire militaire. Cette expertise est confirmée dans la conception et l’intégration des systèmes propulsifs, des systèmes de conduite automatisée et des systèmes de combat.

d/ Les services de maintien en condition opérationnelle

DCN assure la maîtrise d’œuvre de toutes les opérations de maintien en condition opérationnelle (MCO) des sous marins de type SNA, SNLE et des bâtiments de surface de la Marine nationale au premier rang desquels les navires fortement armés et les futures frégates FREMM.

3. Le Groupe DCN

a/ DCN SA

DCN est organisé en deux pôles d’activités, soutenus par des directions fonctionnelles et constitués en centres de profit. Ces “business units” sont dotés d’objectifs de performances. Elles sont responsables de leurs prises de commande, de leurs budgets et de leurs résultats.

Les deux pôles interagissent sur deux segments d’activités.

Le segment “Navires armés” fournit des systèmes complets. Centre de profit unique, il est responsable de la maîtrise d’œuvre des systèmes, bâtiments de surface et sous-marins, depuis la conception jusqu’au démantèlement. Il dispose de trois sites d’assemblage et d’intégration : Cherbourg pour les sous-marins, Lorient pour les bâtiments de surface de moyen tonnage, et Brest pour les grands bâtiments. L’ingénierie est pour sa part répartie sur quatre sites : Cherbourg, Lorient, Brest et Toulon-Le Mourillon.

Le segment “Services & Équipements” comprend six “business units”.

DCN Services Brest et DCN Services Toulon, pour le maintien en condition opérationnelle des bâtiments de surface et des sous-marins et pour les services.

DCN Armes sous-marines (à Saint-Tropez), DCN CMS (à Toulon-Le Mourillon), DCN Équipements navals (à Angoulême - Ruelle) et DCN Propulsion (à Nantes - Indret) pour la production d’équipements et de sous-systèmes destinés aux navires.

Des filiales viennent compléter ce dispositif.

b/ Les filiales

- DCN International

Détenue à 100% par DCN, DCN Internationale est une filiale créée en 1991 pour la commercialisation à l’export des produits et services DCN (hors périmètre d’exclusivité d’Armaris depuis 2002). DCN Internationale détient une participation dans : le GEIE EuroTorp, à hauteur de 26%, avec Wass (50%) et Thales (24%). Il a été créé en 1995 pour commercialiser les torpilles légères MU 90 et les prestations associées. le GEIE EuroSlat, à hauteur de 33%, avec Wass (50%) et Thales Underwater Systems (17%). Il a été créé en 1999 pour commercialiser les systèmes de lutte anti-torpilles Slat. Cedec détient 65,1% de Technicatome.

- Armaris

Armaris est la filiale commune de DCN (50%) et de Thales Naval France (50%). Elle a été créée en 2002 pour la commercialisation et la maîtrise d’œuvre des navires armés et systèmes à l’export et en coopération. Armaris détient des participations dans :

- UDS International : Détenue à 100% par Armaris, filiale créée en 1995 pour commercialiser les systèmes de combat pour sous-marins conventionnels.

- SFCS : Détenue à 100% par Armaris, filiale créée en 1998 pour la maîtrise d’œuvre du système de combat des frégates saoudiennes Sawari II.

- Horizon : Filiale commune Armaris (50%) – Orrizonte Sistemi Navali (50%), créée en 2000 pour la maîtrise d’œuvre du programme franco-italien Horizon.

- EuroSysnav : Filiale commune Armaris (50%) - Finmeccanica (50%), créée en 2000 pour la maîtrise d’œuvre du système de combat des frégates franco-italiennes Horizon.

- DCN Log

DCN Log est une filiale détenue à 100% par DCN. Elle a été créée en 1994 pour commercialiser une offre de soutien logistique des systèmes navals. DCN Log détient des participations dans DCN Services Far East. Cette filiale est détenue à 100% par DCN Log, filiale créée en 2005 et implantée à Singapour pour assurer une disponibilité optimum des frégates Formidable et représenter DCN sur le marché sud-est asiatique.

c/ Conseil d’administration et actionnariat

Composition du Conseil d’administration Le conseil d’administration de DCN est composé de 18 membres

Président : Jean-Marie Poimbœuf, Administrateurs nommés en qualité de représentants de l’État : Christine Buhl, Jean-Baptiste Gillet, Philippe Jost, Jean-Yves Leclercq, Marc Murcia, Olivier Rossignol, Administrateurs nommés en qualité de personnalités choisies à raison de leur compétence : Joseph Bodard, Alain Bugat, Gilles Denoyel, Jean-Daniel Lévi, Yves Michot, Administrateurs élus en qualité de représentants des salariés : Jacques André, Gérard Aubert, Gérard Barbereau, Bernard Hamelin, Gilles Montaland, Michel Rouzé.

Trois Comités spécialisés

Le Comité d’audit et des comptes a principalement pour mission d’aider le Conseil d’administration à analyser l’information économique et financière ; Le Comité des offres a principalement pour mission d’aider le Conseil d’administration à examiner toute remise d’offre d’un montant global supérieur à cent cinquante millions (150 000 000) d’euros ; Le Comité des rémunérations et des nominations a principalement pour mission de proposer au Conseil d’administration le montant des rémunérations, les régimes de retraite et de prévoyance et les avantages en nature des mandataires sociaux et des membres du Comité exécutif de la société.

Évolution de l’actionnariat en 2006 L’État détient actuellement 100% du capital de DCN, mais la réalisation du projet de regroupement des activités de DCN et de Thales Naval France devrait se traduire par l’entrée de Thales au capital de DCN, à hauteur de 25%, en 2006.


ANNEXE 2 : UN GROUPE, DES SITES

Le Groupe DCN, c’est environ 12 500 collaborateurs, travaillant sur 8 sites à travers la France et un siège à Paris.

DCN Armes sous-marines

DCN Armes sous-marines est un des leaders mondiaux des torpilles légères (MU 90), torpilles lourdes (Black Shark), systèmes de contre-mesures et engins spéciaux pour commandos avec près des deux tiers de son activité à l’export (plus d’une dizaine de Marines clientes).

Effectifs : 300 collaborateurs, dont plus de 60 % d’ingénieurs et techniciens supérieurs Site : Saint Tropez (83)

DCN Cherbourg

DCN Cherbourg a pour missions les études d’industrialisation et la réalisation des sous-marins à propulsion nucléaire (SNA, SNLE), à propulsion conventionnelle (Scorpène®), les expertises techniques associées, le démantèlement des sous-marins à propulsion nucléaire et la participation aux transferts de technologie dans le cadre de marchés export de sous-marins.

Effectifs : 2 200 collaborateurs dont près de 260 ingénieurs et cadres (hors Ingénierie) Site : Cherbourg (50)

DCN CMS

DCN CMS propose des solutions de tenue de situation, d’aide au commandement, de liaisons de données, de déclanchement des actions militaires, de renseignement, de simulation et d’entraînement. Véritable expert de l’intelligence embarquée, DCN CMS s’investit dans la numérisation du champ de bataille (mer-air-terre) avec une gamme de produits innovants.

Effectifs : 650 collaborateurs dont près de 80% d’ingénieurs (établissement DCN Le Mourillon) Site : Toulon (83) Le Mourillon

DCN Équipements navals

DCN Équipements navals conçoit et développe les équipements des bâtiments de surface et sous-marins. Parmi les équipements réalisés, plusieurs sont commercialisés en France ou à l’Export (40% de l’activité), indépendamment de la production pour les autres entités du Groupe DCN. Les principaux produits sont les lanceurs verticaux multi missiles Sylver®, les lignes d’arbre, le système Samahé®, le Shipmaster® (système de conduite de plate-forme et passerelle), Sysmart® (système de communication et de localisation sans fil).

Effectifs : 830 collaborateurs Site : Angoulême (16)

DCN Ingénierie

DCN Ingénierie intervient en termes de conception, d’architecture, et de maîtrise d’œuvre des systèmes, notamment des systèmes de combat qui conditionnent une part essentielle des performances militaires et opérationnelles du navire armé. A ce titre DCN Ingénierie pilote et réalise l’intégration fonctionnelle et physique des systèmes.

Effectifs : 1150 collaborateurs dont plus de 55% d’ingénieurs et cadres Sites : Lorient (450 personnes), Cherbourg (260 personnes), Brest (160 personnes) et Toulon-Le Mourillon (280 personnes)

DCN Lorient

DCN Lorient dispose d’un site industriel de 46 hectares répartis équitablement sur les deux rives de la rivière du Scorff. Il rassemble deux activités distinctes : l’ingénierie des navires armés et la réalisation des bâtiments de surface. Les bureaux d’études, les ateliers (coque, composite, chaudronnerie, usinage), la forme de construction couverte, les quais d’armement et les bassins y sont implantés. DCN Lorient est spécialisé dans les études d’intégration, la production et les essais de navires militaires. Il développe son savoir-faire et expertise tant à l’export que sur des projets de coopération : livraison de la frégate « Formidable » (first of class) à la Marine singapourienne en 2005 ; programme Horizon : Réalisation en coopération franco-italienne de 4 frégates antiaériennes dont 2 pour la Marine française : Forbin et Chevalier Paul ; programme FREMM : 8 frégates multi missions, destinées à la Marine Nationale, sont à construire. Les livraisons s’échelonneront de 2011 à 2015.

Effectifs : 1450 collaborateurs Site : Lorient (56)

DCN Propulsion

DCN Propulsion est concepteur et intégrateur d’appareils propulsifs nucléaires ou conventionnels pour bâtiments de surface et sous-marins. DCN Propulsion réunit sur son site de Nantes Indret bureaux d’études, centres d’essais, laboratoires d’expertise des matériaux et ateliers de fabrication. DCN Propulsion est également un acteur régional majeur avec plus de 150 fournisseurs et sous-traitants, avec des partenariats structurants associant organismes de recherche ou écoles (Polytechnique Nantes, École Centrale de Nantes, École Navale…). L’établissement de Nantes Indret est co-fondateur du pôle de compétitivité EMC2 (Ensembles Mécaniques et Composites Complexes). Les principaux axes de développement de DCN Propulsion concernent les développements AIP (Air Independent Propulsion), la faisabilité et le développement d’un POD innovant, la simulation des appareils propulsifs, l’ « éco-conception » (réduction consommation d’énergie par exemple).

Effectifs : 1 000 collaborateurs Site : Indret / Nantes (44)

DCN Services

Brest Premier employeur industriel naval de Bretagne, DCN Services Brest se situe au premier rang des agents économiques régionaux. DCN est également un acteur clé dans le développement des techniques navales par sa forte implication dans le pôle de compétitivité Mer. Ses principales activités sont le maintien en condition opérationnelle des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins et des bâtiments de surface, l’exploitation et entretien des infrastructures de la Base Navale et la construction navale de navires militaires de fort tonnage (porte-avions, bâtiments de projection et de commandement).

Effectifs : 2700 collaborateurs Site : Brest

DCN Services Toulon

DCN Services Toulon se situe au premier rang des agents économiques de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, avec près de 1 900 personnes. Parmi ses activités, on peut noter le maintien en condition opérationnelle des sous-marins nucléaires d’attaque, du porte-avions Charles de Gaulle et des bâtiments de surface (environ 70% de la flotte française basée à Toulon) et l’exploitation et entretien des infrastructures de la Base Navale.

Effectifs : 1 900 collaborateurs Site : Toulon (83)


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :