lundi 11 décembre 2017

Accueil du site > Défense > France > Jacques Chirac pour le maintien d’un outil de défense (...)

Jacques Chirac pour le maintien d’un outil de défense "crédible"

Reuters

lundi 8 janvier 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Jacques Chirac s’est de nouveau projeté dans l’avenir, lundi dans ses voeux aux Armées, plaidant pour le maintien d’un outil de défense "crédible" dans un monde "toujours plus dangereux".

Evoquant un "sujet majeur de débat pour les mois qui viennent", le président de la République a demandé que les crédits des armées soient préservés après la fin de son second mandat, qui se termine en mai.

"Une politique de défense sans moyens suffisants ne serait qu’une politique d’apparences", a souligné le chef de l’Etat dans la salle des fêtes de l’Elysée, en présence du Premier ministre, Dominique de Villepin, de la ministre de la Défense, Michèle Alliot-Marie, et du ministre délégué aux Anciens combattants, Hamlaoui Mekachera.

Maintenir "un outil de défense crédible" passe "par un effort budgétaire constant", a ajouté le président, qui est aussi le chef des Armées, en réponse aux voeux exprimés par le nouveau chef d’état-major des Armées, Jean-Louis Georgelin.

"Depuis cinq ans, malgré les contraintes de finances publiques, j’ai veillé, avec le premier ministre, à ce que vous disposiez des ressources nécessaires, même si elles étaient calculées au plus juste", a-t-il rappelé devant quelques centaines de militaires réunis à l’Elysée.

"Il est essentiel pour la Nation de maintenir cet effort, car l’équilibre atteint reste un équilibre fragile", a-t-il ajouté.

La France consacre à la Défense environ 2% de son produit intérieur brut. Cela représente pour 2007 une enveloppe de 47,7 milliards d’euros, toutes missions confondues, en hausse de 2,2% par rapport à 2006.

NE PAS BAISSER LA GARDE

La Loi de programmation militaire, qui court jusqu’en 2008, consacre en moyenne 14,64 milliards d’euros par an aux crédits d’équipements militaires.

"La loi de programmation, strictement respectée, a amorcé l’indispensable redressement de nos équipements et a permis de lancer les programmes nécessaires pour l’avenir", a souligné Jacques Chirac.

"La prochaine loi de programmation devra impérativement confirmer cette orientation et permettre la livraison des matériels nouveaux", a-t-il ajouté.

Paris projette notamment de construire, à l’horizon 2010, un deuxième porte-avions en coopération avec la Grande-Bretagne.

Dans un monde "toujours plus dangereux", la France "ne saurait baisser sa garde ou s’en remettre à d’autres pour assurer sa défense", a souligné Jacques Chirac.

Il a dit son souci de veiller en permanence à la "cohérence" et à la "crédibilité" de "l’outil de dissuasion nucléaire" afin de tenir compte "des nouvelles menaces" comme le terrorisme ou la prolifération nucléaire.

Environ 10% du budget de la Défense est consacrée à la dissuasion nucléaire en France, pays doté de l’arme atomique depuis 1964.

Jacques Chirac a rendu hommage aux quelque 14.000 soldats français engagés dans des missions à l’étranger, notamment au Liban, dans les Balkans, en Afghanistan et en Afrique.

Il a souligné par ailleurs le "bénéfice évident" pour la défense nationale de la suppression du service militaire, décidée à sa demande au début de son premier mandat.



Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :