dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Le Pakistan abriterait le QG d’al-Qaida

Le Pakistan abriterait le QG d’al-Qaida

Le Figaro, avec AFP

vendredi 12 janvier 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le chef du renseignement, John Negroponte, a clairement qualifié le Pakistan de sanctuaire pour le réseau terroriste, qui serait en train de se revitaliser. Islamabad dit ne pas disposer de telles informations.

Le coordinateur du Renseignement américain, John Negroponte, accuse. Les chefs d’al-Qaida sont cachés au Pakistan d’où ils revitalisent leur réseau, affaibli mais résistant, a-t-il, en substance, lancé jeudi, dans une déclaration inhabituellement directe. Devant la commission du renseignement du Sénat, Negroponte a accusé le Pakistan d’être au cœur d’un entrelacs de filières d’al-Qaida qui atteignent le monde entier. Et notamment les Etats-Unis : « Al-Qaida est l’organisation terroriste qui représente la plus grande menace pour les intérêts américains ».

Faux, a répondu le Pakistan, vendredi. « Nous n’avons aucune information permettant d’affirmer une telle chose. Les Etats-Unis ne nous ont pas communiqué ces informations » a affirmé le porte-parole de l’armée pakistanaise à Reuters.

« Le noyau dur résiste »

Jusqu’ici, pour les autorités américaines, le chef d’al-Qaida, Oussama ben Laden, et son bras droit, Aïmane al Zawahiri, se cachaient dans les montagnes marquant la frontière entre le Pakistan et l’Afghanistan. Negroponte n’a toutefois pas cité nommément Ben Laden ou Zaouahri. Il n’a pas non plus dit où le renseignement américain pense qu’ils se cachent.

« Nous avons capturé ou tué de nombreux hauts responsables opérationnels d’al-Qaida, mais le noyau dur du réseau résiste. Ils continuent à planifier des attentats contre notre patrie et d’autres cibles, avec pour objectif de provoquer des pertes massives », a-t-il martelé jeudi.

Et d’ajouter que le Hezbollah également représente une « menace grandissante pour les Etats-Unis ». Le mouvement aurait été renforcé en Iran et en Syrie, « notamment après les hostilités de l’été dernier ».


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :