mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Le Japon réforme sa défense

Le Japon réforme sa défense

EuroNews

vendredi 12 janvier 2007, sélectionné par Spyworld

logo

L’Otan cherche à jeter l’ancre dans le Pacifique alors que le Japon amorce en douceur un virage en matière de sécurité

Divers incidents ces derniers mois, d’intrusion maritime chinoise notamment, ont relancé le débat sur la réforme de la défense japonaise face aux menaces qui l’entourent et à la nouvelle donne internationale. C’est dans ce contexte que le Japon a inauguré mardi un ministère de la Défense flambant neuf, le premier depuis la deuxième guerre mondiale, doté d’un budget et d’un prestige important. C’est la volonté de Shinzo Abe. A l’inverse de ses prédécesseurs, le Premier ministre veut promouvoir un rôle accru de son pays en matière de sécurité internationale, et ce malgré une constitution qui l’empêche d’avoir une armée. Un changement qui n’est pas sans inquiéter ses voisins. "Je pense que le japon n’a pas vraiment pris ses responsabilités vis-à-vis de ce qu’a fait l’armée impériale entre 1931 et 1945, et c’est pour cela, parce qu’il n’a fait pas vraiment fait acte de contrition ou de réparation, qu’ à mon avis, il subsiste des incertitudes concernant le japon dans la région" dit cet analyste. L’expansionnisme militaire du Japon débute avec le 20ème siècle et le mènera dans plusieurs conflits pour assoier un empire colonial allant jusqu’à l’Asie du sud-est. Un empire dont l’armée se livrera aux pires excès, massacres de civils, prostitutions massives et même expérience de guerre bactériologique sur les populations. La deuxième guerre mondiale et deux bombes atomiques auront raison de l’armée qui rend les armes en 1945 et se voit très vite cantonnée à une mission d’auto- défense par une constitution stipulant que le pays renonce à la guerre. Désormais, le Japon veut peser davantage. C’est au prix de contorsions sémantiques qu’il a réussi à envoyer des troupes en Irak "dans un cadre non combattant et humanitaire" depuis 2003. Arguant des nouvelles menaces qui pèsent sur le pays, missiles nord coréens, risque de conflit entre la chine et taiwan ou encore terrorisme international, Tokyo revendique sa part d’action y compris au sein du Conseil de sécurité de l’ONU, et bénéficie du soutien intéressé des Etats-Unis.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :