jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Révélations sur les activités de renseignement du Pentagone sur le sol (...)

Révélations sur les activités de renseignement du Pentagone sur le sol américain

Le Monde, avec AFP et Reuters

dimanche 14 janvier 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Selon le New York Times, le Pentagone, et dans une moindre mesure la CIA, auraient consulté les dossiers bancaires de centaines d’Américains et d’étrangers soupçonnés de terrorisme ou d’espionnage aux Etats-Unis, ce qui confirme l’extension du champ d’activité de l’armée en matière de renseignement au territoire national, normalement réservé au FBI (Federal Bureau of Investigation). Grâce à l’émission de lettres dites de "sécurité nationale", le Pentagone a pu se faire remettre par des banques, établissements de crédit et institutions financières des documents sur les transactions et avoirs d’un certain nombre de leurs clients. Selon le Los Angeles Times, les investigations menées par le Pentagone auraient également porté sur des données concernant les communications de ces personnes.

Des responsables du Pentagone ont déclaré que l’utilisation de ces lettres faisait partie d’une stratégie mise en place depuis les attaques du 11-Septembre qui permettait ainsi une "collecte plus agressive d’informations". Alors que le Congrès leur a refusé à plusieurs reprises l’autorisation d’émettre des lettres "contraignantes", le Pentagone et la CIA ont eu recours à une version "non contraignante", mais visiblement toute aussi efficace, les établissements financiers se pliant de leur plein gré aux requêtes qui leur étaient adressées.

UNE ÉVOLUTION PRÉOCCUPANTE

De tels procédés auraient été employés par l’armée dans au moins 500 enquêtes au cours des 5 dernières années, ce qui correspond à l’envoi de plusieurs milliers de lettres. Des responsables du renseignement militaire ont pu ainsi obtenir notamment des renseignements d’ordre financier sur la richesse inexpliquée d’un entrepreneur sous contrat avec le gouvernement et sur un aumônier basé au camp de Guantanamo (Cuba), ajoute le journal. On savait déjà que, depuis le 11-Septembre, cette pratique était particulièrement répandue au FBI - l’agence compétente au niveau fédéral -, mais on ignorait qu’elle s’était répandue à d’autres services. Les avocats du gouvernement affirment que le Pentagone et la CIA ont depuis environ 30 ans le droit d’émettre des lettres de sécurité nationale pour obtenir des dossiers et que ce droit a été renforcé par le Patriot Act voté après les attentats de 2001, ce que conteste le New York Times.

Les révélations dujournal américain interviennent peu après un autre scandale qui avait déjà mis en lumière les activités de renseignement de l’armée sur le territoire américain : en août 2006, le patron d’une agence du Pentagone (CIFA, Counterintelligence Field Activity agency) a dû démissionner après la découverte d’un fichier de renseignements concernant des pacifistes opposés à la guerre en Irak.

Samedi, après les révélations du New York Times, l’Aclu (American Civil Liberties Union), l’association de défense des libertés publiques a fait part de sa préoccupation.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :