dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Belfast : des policiers du renseignement couvraient des meurtriers en (...)

Belfast : des policiers du renseignement couvraient des meurtriers en échange d’informations

AP

lundi 22 janvier 2007, sélectionné par Spyworld

Des officiers du renseignement de la police de Belfast ont protégé des informateurs appartenant à la milice protestante Force des volontaires d’Ulster (UVF), malgré leur implication dans au moins dix meurtres et autant de tentatives, selon les conclusions d’une enquête officielle publiées lundi.

A l’issue de trois ans d’investigations, la médiatrice de la police Nuala O’Loan a conclu que d’anciens agents de la Special Branch avaient payé des informateurs, ces derniers pouvant ainsi continuer de tuer, commettre des attentats, se livrer au trafic de drogue ou à l’extorsion de fonds.

Le rapport de 162 pages demande à la police de rouvrir des dizaines de dossiers datant des années 1990 et de poursuivre les anciens officiers impliqués dans la couverture des crimes de leurs informateurs.

Le commandant de la police d’Ulster à majorité protestante, Hugh Orde, a déclaré qu’il acceptait pleinement les conclusions et recommandations de Mme O’Loan. Tous deux ont toutefois souligné que la branche spéciale avait été radicalement réformée depuis 2003 afin d’éviter que de tels abus se reproduisent.

Le rapport a "mis en lumière ce qui était un coin très sombre du comportement d’un nombre limité d’officiers de la Special Branch dans les années 1990", a estimé le secrétaire d’Etat britannique pour l’Irlande du Nord, Peter Hain, favorable au jugement des anciens membres des UVF et de la Special Branch concernés.

Dans son rapport, Nuala O’Loan, catholique, autorisée à enquêter sur des plaintes contre la police d’Irlande du Nord, écrit que des agents ont couvert des extrémistes des UVF d’une unité basée à Mount Vernon, un quartier protestant radical du nord de Belfast. Elle a entamé ses investigations avec le meurtre en 1997 par cette unité d’un protestant de 22 ans ayant appartenu au groupe paramilitaire, Raymond McCord Jr.

Le père de la victime, Raymond McCord, affirmait posséder des preuves de la protection par la police du commandant de l’unité des UVF, Mark Haddock, qui fournissait des informations sur le groupe aux agents du renseignement. Mme O’Loan a découvert que d’autres miliciens de l’unité collaboraient avec la police qui couvrait leurs activités -meurtres et autres crimes.

Aucun nom d’agent incriminé n’est mentionné dans le rapport rendu public mais ils le sont dans une version secrète remise vendredi au commandant Orde, à Peter Hain et quelques autres responsables britanniques.

Un ancien détective de la division des enquêtes criminelles déclare dans le rapport que lui et ses collègues ont été empêchés à plusieurs reprises par des agents de la Special Branch d’enquêter sur des crimes impliquant des UVF ou des membres de l’Association de défense de l’Ulster (UDA), protestante également.

Un groupe d’anciens officiers de la branche spéciale du renseignement a rejeté ces accusations dans un communiqué, assurant que cette division avait "toujours agi dans le plus grand intérêt de la justice et n’avait rien à se reprocher".


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :